Bars et restaurants fermés à 1 heure, port du masque obligatoire : les nouvelles mesures déployées en Corse-du-Sud

Face à la propagation rapide du Covid19 en Corse, le préfet de région a annoncé la mise en place de nouvelles mesures afin de limiter les contaminations en Corse-du-Sud ce mercredi 4 août. Les autorités sanitaires appellent dans le même temps à une progression de la couverture vaccinale.
Ce mercredi 4 août, le préfet de Corse a annoncé la mise en place de nouvelles mesures en Corse-du-Sud afin de freiner la propagation du Covid19 dans le département.
Ce mercredi 4 août, le préfet de Corse a annoncé la mise en place de nouvelles mesures en Corse-du-Sud afin de freiner la propagation du Covid19 dans le département. © A.A. / FTV

Quelques heures seulement après la Haute-Corse, le préfet de région a annoncé, ce mercredi 4 août, de nouvelles mesures afin de freiner la propagation du Covid19 en Corse-du-Sud.

L'objectif principal : limiter au maximum le brassage des populations. "Il y a une grande différence de contamination entre les tranches d'âges. Entre 12 et 30 ans, on est sur un niveau de contamination extrêmement élevé, voire phénoménal, qui est de pratiquement 2.000 pour 100.000 habitants, pour les autres, il est de 150 ou 200", alerte Pascal Lelarge.

Port du masque obligatoire dans les grandes villes

Ainsi, à compter de jeudi, les bars, restaurants et paillotes auront l'obligation de fermer à 1 heure du matin. Si des soirées sont organisées au sein de ces établissements, après accord de la préfecture, le pass sanitaire sera réclamé et le masque obligatoire. Les mineurs devront être accompagnés d'un parent. Les discothèques, déjà soumises au pass sanitaire et réservées au plus de 18 ans, resteront ouvertes.

Si ça ne marche pas, on prendra des mesures encore plus fermes.

Pascal Lelarge, préfet de Corse

Quant aux fêtes de village et les événements festifs, comme les feux d'artifices, devront faire l'objet d'une autorisation préfectorale. Le port du masque redevient obligatoire dans l'ensemble des villes de Porto-Vecchio, Sartène, Propriano, Bonifacio et dans les endroits très fréquentés des villages. Pour rappel, il est déjà obligatoire à Ajaccio, ainsi que dans les secteurs de Porticcio à Grosseto-Prugna et de Baleone à Sarrola-Carcopino.

Ce dispositif restera en vigueur au moins jusqu'au 15 août. À cette date, si les indicateurs ne décroissent pas, "on prendra des mesures encore plus fermes", prévient le préfet de Corse.

L'hypothèse d'évacuations sanitaires étudiée

En plus du taux d'incidence particulièrement élevé dans l'île, 659/100.000 habitants, la forte tension dans les appareils sanitaires inquiète les autorités. Mardi, l'agence régionale de santé de Corse a déclenché le plan blanc. "Le système de santé est très fortement sollicité par l'activité estivale et désormais par une filière infectieuse liée au Covid. Cette conjugaison met le système de santé en tension ce qui nous oblige à rouvrir des capacités supplémentaires dans les deux centres hospitaliers, voire d'étudier l'hypothèse d'évacuations sanitaires", souligne la directrice de l'ARS, Marie-Hélène Lecenne.

Une situation d'autant plus inquiétante que l'âge moyen des patients Covid diminue. "C'est un signal qu'il n'y a pas que les personnes âgées qui sont susceptibles d'être hospitalisées. Par ailleurs, il faut désormais tenir compte du nombre de personnes, et notamment les plus jeunes qui peuvent présenter un Covid long avec un impact sur leur vie au long cours qui est très important", complète-t-elle.

Afin de ne pas saturer le système hospitalier, les autorités appellent à une progression dans la couverture vaccinale. "On a un taux très disparate d'un territoire à l'autre dans la région. Si on progresse rapidement sur la vaccination, on pèsera sur la circulation virale et on limitera les facteurs de risque d'être hospitalisé avec une forme grave", explique le préfet de Corse.

Selon le dernier bilan de l'ARS, 65 personnes sont actuellement hospitalisées en raison d'une infection au Covid19, 13 d'entre elles sont prises en charge en soins intensifs ou en réanimation. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19