• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

“C'est la victoire de l'espoir”, Thierry Laurey entraîneur du GFC Ajaccio

24/04/16 - GFCA - SCB Le pénalty transformé par Mohamed Larby / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
24/04/16 - GFCA - SCB Le pénalty transformé par Mohamed Larby / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Le GFC Ajaccio, qui jouait sa survie, est parvenu à dominer Bastia (3-2) lors d'un derby qui a tenu toutes ses promesses, dimanche au stade Ange-Casanova, lors de a 35e journée de Ligue 1. Les déclarations des entraîneurs sont à lire ici. 

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

Thierry Laurey (entraîneur du GFC Ajaccio)

"C'est la victoire de l'espoir. On savait que si l'on voulait encore exister dans ce championnat et croire à notre maintien, il fallait absolument l'emporter. Ce fut un match difficile face à un adversaire qui n'a rien lâché. On a connu une entame assez délicate en concédant un premier but.

Puis l'équipe s'est remise dans le sens de la marche en égalisant, puis en prenant l'avantage avant la pause. Je retiens que l'on a su faire preuve de réalisme. Malheureusement, on croit se mettre à l'abri avec le penalty, mais on se met seuls la pression en relançant les Bastiais.

La fin de match a été assez délicate et on aurait pu l'éviter. Mais il faudra faire preuve de plus de rigueur défensive. S'il faut marquer trois buts pour gagner un match, ce sera dur. On est provisoirement sortis de la zone rouge, mais on sait qu'il faudra se battre jusqu'au bout."

François Ciccolini (entraîneur du SC Bastia)

"En jouant si peu et de manière intermittente, il est clair que l'on ne pouvait pas espérer grand-chose dans cette rencontre où le GFCA jouait sa survie. Ils ont fait le match qu'il fallait en étant réalistes.

On a fait, comme d'habitude vingt bonnes minutes avant d'être trop insuffisants par la suite. Même en seconde période, on n'a pas été en mesure de reconnaître le Sporting. On a les mêmes problèmes depuis trois semaines. Il va falloir peut-être changer l'équipe et jouer avec des jeunes pour finir la saison.

Heureusement que l'on a 43 points car on est dans le dur et on serait en grande difficulté... Sans chercher d'excuse, la situation de certains joueurs est compliquée mais s'ils ne veulent pas rester, ils doivent s'en aller."

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus