Camping-cars : la Corse (re)dit “NON au camping sauvage”

Camping-cars : la Corse (re)dit NON au camping sauvage / © FTVIASTELLA
Camping-cars : la Corse (re)dit NON au camping sauvage / © FTVIASTELLA

"La Corse dit NON au camping sauvage" : l'Agence du tourisme de la Corse lance une vaste campagne pour lutter contre l'installation des camping-cars en dehors des structures d'accueil.

Par GB / France 3 Corse ViaStella

L'Agence du tourisme de la Corse a lancé lundi une campagne d'information et de sensibilisation pour lutter contre l'installation des camping-cars en dehors des aires aménagées.

"La Corse bénéficie d'un patrimoine environnemental exceptionnel bénéficiant de nombreuses protections : réserves naturelles, parcs, conservatoire du littoral, grand sites,… La préservation de ses écosystèmes demande à chacun un comportement responsable", rappelle l'ATC dans un tract distribué dans les ports de l'île.

"Le domaine public n'est pas un camping", insiste l'ATC, alors que la Corse accueille 28.000 camping-caristes, selon l’Observatoire régional des transports, le mois d'août, étant le plus chargé.

La Corse dispose de 150 terrains de camping et une dizaine d'aires de transit. Un équipement insuffisant pour accueillir tous les usagers reconnaît la présidente de l'ATC Marie-Antoinette Maupertuis.

"Il faut absolument que l'on ait des aires dédiées de plus en plus importantes et l'ATC est prête à accompagner les professionnels et les décideurs publics qui souhaiteraient s'engager dans la mise en place d'infrastructures particulières."
 

Une écotaxe sur les camping-cars

En décembre 2017, l'Assemblée nationale avait rejeté la création d'une écotaxe pour les camping-cars en Corse. Cette mesure, réclamée par l’Assemblée de Corse, avait été votée en commission des finances.

Plafonnée à 350 euros par séjour, cette taxe "vertueuse" était remboursable en fonction du nombre de nuitées passées en camping. 

"Cela doit permettre de combattre les éventuels stationnements "sauvages" dans les espaces naturels et de renforcer l'économie touristique dans les structures équipées", expliquait alors le député nationaliste Jean-Félix Acquaviva.

Un nouvel amendement à la loi de finances 2018 devrait être présenté par les députés corses à la rentrée pour tenter de faire adopter ce dispositif.
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus