Chute des réservations, taux d’occupation des hôtels quasi nul : conséquences du coronavirus sur le tourisme en Corse

La Corse connaîtra-t-elle un semblant de saison touristique cette année ? Le rapport de suivi du plan de déconfinement de la Corse révèle déjà des chiffres préoccupants pour l’avant-saison. 

La Corse connaîtra-t-elle un semblant de saison touristique cette année ? Le rapport de suivi du plan de déconfinement de la Corse révèle déjà des chiffres préoccupants pour l’avant-saison.
La Corse connaîtra-t-elle un semblant de saison touristique cette année ? Le rapport de suivi du plan de déconfinement de la Corse révèle déjà des chiffres préoccupants pour l’avant-saison. © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
« Nous allons tout faire pour qu’il y ait une saison » ; « Tous les signaux sont favorables ». Vendredi, lors d’une session extraordinaire de l’Assemblée de Corse, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif et Nanette Maupertuis, présidente de l’agence de tourisme de la Corse (ATC) se sont voulus rassurants quant à l’existence d’une saison touristique cette année. 

 

Si la présentation de la phase 2 du déconfinement, jeudi, par le Premier ministre laisse entrevoir un espoir de reprise, les chiffres publiés dans le rapport de suivi du plan de déconfinement de la Corse indiquent déjà un manque à gagner compris entre 650 et 800 millions d’euros rien que sur l’avant-saison. « La fréquentation de mars à juin représente environ 22 % de la fréquentation annuelle de l'île », précise le document. 

 

Un taux d’occupation des hôtels proche de zéro

Selon une enquête menée par l’ATC, début mars, auprès des hôteliers insulaires, 64 % d’entre eux sont restés ouverts durant la crise du coronavirus. Néanmoins, « tous ont enregistré un taux d’occupation proche de zéro sur la période », note le rapport. 

En plus de ces conséquences immédiates, l’épidémie de Covid-19 a largement impacté le taux de réservation de ces établissements. Ainsi, après sept semaines de confinement, le taux d’annulation pour l’avant et la haute saison s’élève à 65 % faisant chuter le nombre de réservations de près de 228.000, au 1er mars, à environ 79.500 fin avril. 

 

Lire le rapport de suivi du plan de déconfinement de la Corse


 

Le tissu économique insulaire en danger 

Ces baisses de fréquentation mettent en danger l’ensemble du tissu économique de l’île. « Les dépenses de consommation des touristes atteignent 3 180 millions d'euros en 2018, soit 33 % du PIB. Ce poids est très supérieur à celui observé sur le plan national, 7,4 % en 2018 », souligne le rapport. 

Plus de 10.500 entreprises dépendent plus ou moins directement du tourisme. « La valeur ajoutée directe (sans les effets indirects et induits) liée aux activités touristiques (hors loyers fictifs) en Corse est estimée en 2018 à 1 171 M€, soit 12 % du PIB », précise le document. 

 

Même si depuis la publication de la phase 2 du déconfinement l’offre de transports à destination de la Corse a nettement augmenté, une récente enquête, éditée par la plateforme d’études et d’analyses de l’agence d’intérim en ligne Qapa, révèle que seulement 4% des Français interrogés envisagent de venir passer leurs congés d’été en Corse. Un chiffre qui classe le territoire loin derrière la Bretagne (22 %), l’Occitanie (16 %) et même la région Grand Est (5 %), pourtant très sévèrement touchée par l’épidémie de Covid 19. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement tourisme économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter