Coronavirus : "jeveuxaider", une plateforme en ligne pour s'engager durant l'épidémie

Passer un coup de téléphone une personne isolée, livrer des courses à ses voisins les plus vulnérables... Avec la plateforme jeveuxaider.gouv.fr, le gouvernement veut inciter les Français qui le veulent et qui le peuvent à donner de leur temps pour les autres, en cette période de crise sanitaire.

Plus de 40.000 missions sont proposées sur la plateforme.
Plus de 40.000 missions sont proposées sur la plateforme. © Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse
Emmanuel Macron l'avait appuyé lors de son allocution décrétant la mise en place d'un confinement généralisé : "jamais de telles épreuves ne se surmontent en solitaire". 

Une déclaration que le gouvernement entend désormais mettre pleinement en oeuvre avec la plateforme "jeveuxaider.gouv.fr". Objectif ? Fonder une réserve civique "Covid-19", composée de tous ceux et celles "qui le peuvent et qui souhaitent s'engager et donner de leur temps, pour que les plus démunis et les plus vulnérables ne soient pas les premières victimes de cette crise".
 


Limiter l'impact social de la crise sanitaire

Un outil en ligne présenté dimanche 22 mars par le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal. "Le président de la République nous appelle à inventer de nouvelles solidarités pour limiter l'impact social de cette crise sanitaire du coronavirus."

Car si l'effort du gouvernement est actuellement concentré sur la lutte contre l'épidémie, "la réponse sociale ne peut être reléguée au second plan".
 
"Un grand nombre d'associations, d'aides aux plus démunis, d'aides sociales d'urgence ont demandé avec beaucoup de responsabilité à leurs bénévoles les plus âgés de rester chez eux pour éviter de s'exposer à l'infection" explique l'élu. Faute de bénévoles, une partie d'entre elles ont ainsi dû fermer temporairement leurs portes, notamment plusieurs points de distribution d'aides aux plus démunis.

"Ce sont autant d'associations qui ont besoin de bras pour venir en aide aux plus vulnérables", martèle le secrétaire d'Etat : personnes âgées, ou en situation de handicap, qui sont confinées chez elle et ne peuvent parfois pas même faire leurs courses ou aller chercher leurs médicaments. C'est donc pour "garantir la continuité des activités vitales pour les plus précaires" que la plateforme gouvernementale "jeveuxaider" a été mise en place. 



En lien avec le réseau associatif français

Ainsi, la plateforme permet aux associations de proposer leurs missions, partout sur le territoire français - allant de "faire des courses pour mes voisins les plus fragiles", à "maintenir un lien (visio, tel, mail) avec des personnes isolées", "garder des enfants de soignants ou d'une structure de l'aide sociale à l'enfance" ou encore "distribuer des produits de premières nécessité et des repas aux plus démunis" - ;  et à ceux qui le désireraient de s'y engager.
 

Parce que cette guerre sanitaire est sans précédent, parce qu’elle nous concerne toutes et tous et parce que nous voulons la gagner. Ensemble.


Des actions solidaires qui peuvent s'organiser dans sa ville, dans sa rue ou même dans son immeuble, indique le gouvernement, qui insiste notamment sur l'importance de l'entraide entre voisins. Et un "espace d’engagement" ouvert à tous, "que l’on soit bénévole dans l’âme, habitué depuis toujours des missions associatives. Ou que l’on ait à cœur, pour la première fois, de donner un peu de temps et d’énergie. Parce que cette guerre sanitaire est sans précédent, parce qu’elle nous concerne toutes et tous et parce que nous voulons la gagner. Ensemble", conclut Gabriel Attal. 
 
Les 5 règles de sécurité des volontaires
Pour s'assurer du bon déroulement de ces actions solidaires, et qu'elles ne contribuent pas à propager l'épidémie, le gouvernement indique 5 règles de sécurité à respecter pour tous ceux et celles qui décideraient de s'engager : 
  • En toutes circonstances, je fais en sorte de garder ma distance de sécurité d’au moins un mètre avec les bénéficiaires et les autres bénévoles.
  • En toutes circonstances, j’applique les gestes barrières pour me protéger et protéger les bénéficiaires et les autres bénévoles.
  • Je suis un ambassadeur des règles de sécurité et des gestes barrière que j’explique et promeus auprès des bénéficiaires et des autres bénévoles.
  • Âgé de 70 ans ou plus ou porteur d’une maladie chronique , je ne m’engage que dans des missions à distance, depuis mon domicile, pour protéger au maximum ma santé et celle des autres.
  • Au moindre doute d’infection, sans attendre, j’informe l’association et je reste chez moi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société politique