• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Air Corsica : le directoire est bien élargi à une troisième personne

ILLUSTRATION - Un Airbus A320 de la compagnie régionale corse, Air Corsica.
ILLUSTRATION - Un Airbus A320 de la compagnie régionale corse, Air Corsica.

Une compagnie aérienne avec à sa tête trois responsables. C'est ce vers quoi s'oriente la nouvelle gouvernance d'Air Corsica. Le conseil de Surveillance, composé d'élus, examinait lundi ce dossier. Pour l'instant pas de nomination, mais une réorganisation qui se précise.

Par France 3 Corse ViaStella

Le président de l'exécutif de Corse voulait le départ de Philippe Dandrieux pour aborder le futur de la compagnie aérienne. À la fin du conseil de surveillance de ce lundi, l'actuel président du directoire, accompagné de Jean-Cyril Spinetta pour Air France, s'engouffre dans la voiture.
 
Il vient d'être reconduit pour un an. Autre décision qui a pris plus de trois heures : l'élargissement du directoire. Il passera de deux membres à trois. Un vote d'une très courte majorité, 11 voix sur 18, avec quatre abstentions. 

Les trois membres du groupe « Per l'avvene » ont maintenu leur opposition. « Nous avons voté contre cette proposition parce que nous considérons que cela a un coût et qu’on n’a pas réussi à nous expliquer les raisons claires et légitimes pour lesquelles on voulait élargir le directoire. Je ne vois pas ce qu’on va faire mieux à trois que l’on faisait à deux », estime Jean-Martin Mondoloni, membre du conseil de surveillance d'Air Corsica.

 
Air Corsica : le directoire est bien élargi à une troisième personne
Intervenants - Jean-Martin Mondoloni, Membre du Conseil de surveillance d'Air Corsica ; Marie-Hélène Casanova-Servas, Présidente du Conseil de surveillance d'Air Corsica. Equipe - Florence Antomarchi ; Jennifer Cappai-Squarcini ; Frédéric Guichard.

 

Le nom du troisième homme n’est pas acquis


Mais le nom du troisième, homme, ou femme, n'est pas acquis. La procédure de recrutement avait rassemblé 28 candidats dont 10 avait été retenus. Un nom même a circulé, aujourd'hui sans suite. Il faudra donc relancer la machine. 

La rumeur a circulé d'un coût de 300.000 euros pour ce poste, la présidence dément. « Ça dépendra de la personne que l’on recrute. […] On n’est pas du tout à 300 000 euros. On est peut-être à 200 000 euros chiffrés. C’est 200 000 euros brut, chargés », précise Marie-Hélène Casanova-Servas, présidente du conseil de surveillance d'Air Corsica. 

Le STC avait mis en avant le coût de cette mesure qui pèsera sur la société pour mettre en question le choix de l'élargissement du directoire. Le syndicat, lundi, n'a pas voulu s'exprimer sur les décisions prises.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sartène : des lycéens lancent leur lessive écologique

Les + Lus