Assassinat de Jean Livrelli : neuf personnes mises en examen

Neuf personnes sont désormais mis en examen dans le cadre de l'enquête sur l’assassinat de Jean Livrelli, victime collatérale d'une guerre au sein du grand banditisme. Tous sont soupçonnés d'avoir trempé à des degrés divers dans le meurtre par erreur de ce retraité en août 2018. 

Jean Livrelli, lors d'une partie de chasse
Jean Livrelli, lors d'une partie de chasse © viastella
Lundi 21 septembre dernier, Marc-Antoine Mattei, Charles-François Mattei, Jean-Toussaint Voglimacci et François-Xavier de Peretti ont été mis en examen par un juge d'instruction de la Jirs de Marseille.
Les deux premiers pour "assassinat en bande organisée", les deux autres pour "association de malfaiteurs". 

Mandat de dépôt

Charles-François Mattei, Jean-Toussaint Voglimacci et François-Xavier de Peretti ont été placés sous contrôle judiciaire et laissés libres. 

Charles-François Mattei a été mis en examen pour assassinat en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de préparer un crime. 

Jean-Toussaint Voglimacci a été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de préparer un assassinat. François-Xavier de Peretti est poursuivi pour association de malfaiteurs.

Marc-Antoine Mattei, mis en examen pour "meurtre en bande organisée, association de malfaiteurs en vue de préparer ce crime, vol, recel et destruction de véhicule" a été placé en détention provisoire.
Quelques semaines après l'assassinat, une reconstitution se déroulait sur les lieux
Quelques semaines après l'assassinat, une reconstitution se déroulait sur les lieux © viastella
Les quatre hommes sont soupçonnés d’avoir fourni une assistance technique et des moyens divers au commando armé qui a tué ce retraité vraisemblablement par erreur.

Tous auraient participé, à des degrés divers au montage du guet-apens qui a coûté la vie à Jean Livrelli, un retraité de 67 ans à Bastelica, le 23 août 2018.

L'affaire, à l'époque, avait fait grand bruit, et choqué l'opinion publique.

La thèse de l'erreur 

Ce jour-là, Jean Livrelli se rendait à une partie de chasse quand son 4x4 avait été pris pour cible.
Très vite, la thèse d'une erreur commise par les tueurs avait été privilégiée par les enquêteurs.

Une piste rendue plausible par le fait qu'un homme connu des services de police habitait aussi le même village que la victime. Et pourrait avoir été la cible réelle de ce règlement de comptes. L'enquête confiée à la JIRS de Marseille avait débouché sur une première série de cinq mises en examen, en décembre 2019.

Guy Orsoni, Anto Simonu Moretti, deux hommes fichés au grand banditisme et Olivier Delmonte sont pousuivis pour assassinat en bande organisée. Marc-Marie Mattei et Christophe Scipilliti sont eux poursuivis pour association de malfaiteurs.

En tout, ce sont désormais neuf personnes qui sont mises en examen dans ce dossier. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société criminalité