Déchets : à Ajaccio, réouverture temporaire du site de Saint-Antoine

Après presque une semaine sans collecte, les agents de la communauté d’agglomération du pays ajaccien ont repris la collecte des déchets ce lundi matin. Une solution temporaire a été trouvée : les déchets sont enfermés dans des caissons et stockés sur le centre de Saint-Antoine.

© Lionel Luciani/FTVIASTELLA
120 tonnes de déchets entassés. Voilà ce que les agents de la communauté d’agglomération du pays ajaccien (Capa) ont récupéré ce lundi matin après presque une semaine sans collecte.



Depuis dimanche soir, avec l’autorisation de la préfecture, une solution a été trouvée, mais à courts termes. « Il s’agit d’un processus provisoire. Comme nos installations techniques ne fonctionnent pas, on est en train de prendre les déchets et de les mettre dans des caissons en attendant la mise en service des presses, et le stockage sur les sites de Saint-Antoine 1 et Saint-Antoine 2 », indique Emmanuel Armand, directeur des services de la Capa.


© Jean-André Marchiani/FTVIASTELLA
© Jean-André Marchiani/FTVIASTELLA
© Jean-André Marchiani/FTVIASTELLA


Les images ont été tournées au centre de Saint-Antoine, dans la région ajaccienne. Sa capacité de stockage est de 2 000 mètres cubes et les déchets peuvent y rester seulement un mois. Pas assez de place et pas assez de temps pour la Capa qui ne dispose pas de toutes les compétences en matière de déchets.

« La Capa, aujourd’hui, n’a que la collecte. Le traitement, c’est le Syvadec et le plan régional est voté par la Collectivité de Corse. C’est elle qui est chef de file, qui est complètement maître à bord. Donc on est sur un domaine qui est très autonome et où visiblement, on n’arrive pas à s'en sortir », explique Laurent Marcangeli, Président de la Capa.

À Ajaccio, il reste 300 tonnes d’ordures à collecter. Il faudra attendre quelques jours pour un retour à la normale. À long terme, la situation reste instable avec les centres de Viggianello et de Prunelli di Fium’Orbu bloqués, puis avec l’arrivée cet été de milliers de touristes en Corse.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société déchets ménagers