Pass Culture : "faire davantage connaître le dispositif auprès des jeunes qui vivent en Corse"

Depuis près de deux ans, le pass Culture est disponible pour tous les 15-20 ans en France. Un dispositif qui doit, selon ses responsables, "encore mieux se faire connaître". Notamment en Corse où la directrice du développement s'est rendue cette semaine.

Lancé en mai 2021, le pass Culture est aujourd'hui utilisé par près de 3 millions de jeunes âgés de 15 à 20 ans en France.

L’inscription, qui se fait en téléchargeant une application, est ouverte à toute cette tranche d’âge ainsi qu’aux acteurs proposant des activités culturelles.

La somme qui est allouée aux jeunes varie en fonction de l’âge : de 20 euros à 15 ans jusqu’à 300 euros dès 18 ans. Un montant avec lequel ils pourront s'acheter un livre, un disque, un ticket de concert, une place de cinéma ou encore s'inscrire à un cour de théâtre ou de guitare.

"C’est un dispositif qui est là pour favoriser l'accès à la culture des jeunes, leur permettre d'intensifier leurs pratiques et, surtout, les diversifier", explique Hélène Amblès, directrice du développement du pass Culture.

Cette dernière fait régulièrement le tour des régions afin de "mieux faire connaître ce dispositif".

Accompagnée de Sylvain Bianchi, chargé du développement territorial en PACA-Corse, Hélène Amblès s’est rendue cette semaine dans l’île, où l’on compte près de 5.000 inscrits et 72 lieux partenaires.

Lors d’une conférence de presse organisée à Ajaccio dans les locaux de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), elle a répondu aux questions de France 3 Corse.

"Plus de 72% des jeunes de 18 ans utilisent leur pass"

France 3 Corse : Lancé en mai 2021, le pass culture a évolué. Comment se présente-t-il actuellement ?  

Hélène Amblès : Aujourd'hui, ce pass Culture revêt 2 dimensions : une dimension individuelle qui touche les jeunes de 15 à 20 ans. Cela leur permet, via une application numérique très simple d'utilisation, d’accéder à un catalogue d'offres et de propositions dans tous les domaines de la culture. Surtout, cela leur donne accès à un catalogue géolocalisé qui va leur montrer tout ce qui se trouve à proximité d’eux.

L’autre dimension est collective. Elle permet de donner des moyens complémentaires aux établissements scolaires. Aujourd'hui, cela fonctionne de la quatrième jusqu’à la Terminale. À partir de septembre 2023, ce dispositif entrera en vigueur dès la classe de sixième afin que les enseignants proposent à leurs élèves de faire des activités d'éducation artistique et culturelle.

La dotation correspond à 25 euros par élève. Elle est donnée à chaque établissement du ministère de l'Éducation nationale, c’est-à-dire public et privé sous contrat.

Ces deux dispositifs sont indépendants l’un de l’autre ?

Oui. Ce sont vraiment deux dispositifs distincts : l’un est au bénéfice des jeunes en direct, afin qu’ils se fassent plaisir. L’autre est plutôt destiné aux enseignants qui vont proposer à leurs élèves des activités.

Aujourd’hui en France, 2,7 millions de jeunes âgés de 15 à 20 ans détiennent un pass Culture actif. Quelle est la classe d’âge qui l’utilise le plus ?

Plus de 72% des jeunes de 18 ans utilisent leur pass. On a vraiment une utilisation très forte de l’outil chez ces jeunes qui nous font des retours très positifs. En effet, ça leur donne un pouvoir d'achat et une visibilité ainsi qu’une découverte de lieux ou d’activités qu’ils ne connaissent pas et que l’on va donc mettre en avant avec les acteurs culturels partenaires. Le pass Culture est vraiment une sorte d’interface entre tous ces jeunes et des projets culturels. En fait, on les met en relation via un outil qui parle à cette génération-là.

Qu’en est-il des autres classes d’âge ?

Sur les 15-17 ans, au niveau national, 45% de jeunes utilisent le pass. En Corse, on est à une trentaine de pourcentages. On sait donc qu’on a besoin de faire davantage connaître le dispositif auprès des jeunes qui vivent dans l'île et dans d’autres territoires. On doit également le faire connaître auprès des acteurs culturels pour les inciter à s’inscrire sur le pass et à proposer leurs projets sur l’application. C’est une vitrine pour eux de toucher ces jeunes qui viennent assez rarement dans les lieux culturels.

En Corse, selon vos chiffres, plus de 4800 jeunes ont un pass Culture actif. Côté acteurs culturels, on en recense 72 (dont 35 actifs). Comment faire pour davantage développer le pass dans l’île ?

Nous faisons énormément de communication sur les réseaux sociaux. C’est là que les jeunes de ces tranches d’âge-là cherchent et trouvent de l’information. On a également fait une campagne de communication au niveau national. Nous allons en faire une à l’adresse des familles. Cela passe aussi par les classes où les professeurs peuvent parler d’activités qu’ils vont partager ainsi que du dispositif auquel les jeunes peuvent accéder de manière très simple puisqu’il suffit de télécharger une application. Là, on réfléchit aussi pour savoir comment on peut mieux intensifier cette communication en Corse afin que de plus en plus de jeunes puissent télécharger l‘application et bénéficier de cet accès-là dans l’île.

 

Cette semaine, dans l'île, vous avez rencontré plusieurs acteurs. Cela s’inscrit dans cette démarche ?

Oui. Cela s’est déroulé de manière très positive. Nous avons surtout rencontré des partenaires institutionnels : les Villes d’Ajaccio, de Bastia, l’université de Corte, la Collectivité de Corse. L’idée est de savoir comment, ensemble, nous allons mieux faire connaître ce pass Culture, à la fois aux jeunes Corses mais aussi aux acteurs culturels. Effectivement, on sait que l’on pourrait aller plus loin dans la connaissance du dispositif. On a encore une marge de manoeuvre ici en Corse.

En plus du pass Culture, un autre dispositif régional existe depuis une quinzaine d’années : le Pass Cultura qui offre 75 euros au 12-25 ans. Ce pass régional compte en moyenne 13.000 bénéficiaires par an. Comment ces deux dispositifs peuvent-ils coexister en ayant une efficacité plus importante ?

Cela fait partie des choses que nous avons évoquées avec les services de la Collectivité de Corse. Comment pourrait-on communiquer ensemble ? On est en réflexion. Les jeunes Corses ont de la chance car ils ont deux dispositifs qui leur permettent d’accéder à la culture et d’intensifier leurs pratiques culturelles. On va voir comment on arrive à mettre en place tout cela pour leur faire savoir, qu’en plus du Pass Cultura, ils ont aussi accès à ce pass Culture. Ce pass, qui est beaucoup moins ancien que le Pass Cultura, a encore besoin de s’installer sur le territoire.

 

Du côté des lieux culturels, on imagine que l'objectif est d'en avoir davantage que 72...

Bien sûr, on voudrait très vite arriver à 100%. Cependant, si on arrivait déjà à doubler le nombre de lieux culturels inscrits, ce serait très bien. Cela fait partie des pistes que l’on a avec les Villes de Bastia et d’Ajaccio : comment faire venir et inciter les acteurs culturels à s’inscrire.

Quid des villages et du rural ? 

L’usage est différent en fonction de là où le jeune réside. Effectivement, quand on habite dans une ville comme Ajaccio ou dans un village, on n'a pas accès au quotidien à la même offre culturelle. Les jeunes qui habitent en grande ruralité ont plutôt accès à des offres numériques. Nous sommes très attentifs au fait que tous les jeunes, quel que soit leur lieu de résidence, puissent accéder à une offre la plus riche possible. Nous travaillons donc en lien avec les Directions Régionales des Affaires Culturelles et les collectivités territoriales pour réussir à inciter des acteurs qui ne sont peut-être pas des acteurs culturels tout le temps à s'inscrire. Cela peut être un tiers lieu, une Maison des Jeunes et de la Culture qui font d'autres activités mais qui, de temps en temps, accueillent des spectacles. Il faut donc bien s’enregistrer sur le pass afin de faire apparaître l’offre. 

Comment allez-vous convaincre ces acteurs et ces espaces culturels ?

Il est très simple de s’inscrire sur le pass Culture quand on est un acteur culturel. Nous remboursons sous 15 jours dès qu’un jeune vient acheter un livre ou une place de cinéma. Surtout, cela permet aux acteurs d’avoir de la visibilité gratuite grâce à l’application. Il y a quasiment 100.000 jeunes qui viennent dessus chaque jour. Cela permet donc aux acteurs de valoriser leurs projets, leurs lieux, leurs cinémas via cette application et de faire venir des jeunes qui, peut-être, ne connaissent pas ces lieux-là...