PHOTOS. Langue corse interdite à l'Assemblée : traduction simultanée des débats mise en place

À l'occasion de la session de l'Assemblée de Corse qui débute ce jeudi 30 mars, une traduction simultanée des débats est expérimentée. Un dispositif mis en place à la suite de la décision du tribunal administratif de Bastia concernant l'usage non conforme de la langue corse dans l'hémicycle.

À la suite de la décision du tribunal administratif de Bastia concernant la non-conformité des débats tenus en langue corse dans l'hémicycle du Cours Grandval, une traduction en direct des échanges est proposée lors de la session qui s'ouvre ce jeudi 30 mars.

"Ce dispositif est expérimental, avec des moyens limités car déployés à titre exceptionnel, indique la Collectivité de Corse dans un communiqué. Il vise à proposer un premier test, afin de disposer d’un retour d’expérience dans la perspective de la mise en place d’un dispositif de traduction simultanée des débats plus pérenne."

Ainsi, pendant deux jours, six interprètes vont traduire, en corse et en français, les échanges entre les conseillers territoriaux.

"Les traducteurs sont installés dans les cabines qui surplombent l’hémicycle et proposent en direct une traduction des prises de parole des élus, explique la CdC. Cette solution innovante offre la possibilité à chacun de suivre les débats dans la langue de son choix."

La traduction est également disponible sur le Live de l'Assemblée de Corse ainsi que sur les comptes Facebook de l'Assemblée et de la Collectivité de Corse.

durée de la vidéo : 00h02mn05s
Un dispositif expérimental de traduction simultanée est testé à l'Assemblée de Corse. Les explications de la présidente, Marie-Antoinette Maupertuis. ©D. Moret - M. Fiamma

Le rapporteur des Nations Unies invité

Cette démarche fait suite à la décision du 9 mars dernier rendue par le tribunal administratif de Bastia. 

Saisie par l'ancien préfet Pascal Lelarge, la juridiction a retoqué les articles du règlement intérieur de l'Assemblée de Corse qui disposait que "les langues des débats sont le corse et le français". 

Le TA considère que cette disposition enfreint l’article 2 de la Constitution, selon lequel "la langue de la République est le français".

"Cette décision porte une atteinte grave au droit fondamental des Corses de parler leur langue. En particulier dans le contexte actuel, écrit la Collectivité de Corse dans son communiqué. À ce titre, le rapporteur spécial des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités, M. Fernand de Varennes, a qualifié cette décision de probablement contraire au droit international puisque discriminatoire." 

Invité par Gilles Simeoni et Marie-Antoinette Maupertuis, le rapporteur des Nations Unies devrait assister, en tant qu'observateur, à la séance de ce vendredi 31 mars.

Retrouvez le reportage de nos équipes :

durée de la vidéo : 00h03mn03s
Marie-Antoinette Maupertuis, présidente de l'Assemblée de Corse ; Marie-Thérèse Mariotti, conseillère à l'Assemblée de Corse Un Soffiu Novu ; Marie-Claude Branca, conseillère à l'Assemblée de Corse Core in Fronte ; Saveriu Luciani, conseiller à l'Assemblée de Corse Avanzemu ; Ghjacumina Acquaviva, enseignante de langue et culture corses, traductrice ©M.A. RENUCCI / FTV
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité