Cet article date de plus de 3 ans

Recyclage et produit bio : un insecticide consigné fabriqué en Corse

Moustiques, puces, tiques, acariens et fourmis : un laboratoire propose en Corse un insecticide à base de produits naturels, rechargeable plusieurs fois dans un pulvérisateur lui-même consigné pour réduire la production de déchets plastiques.
Reyclage et produit bio : le laboratoire LMC propose un insecticide naturel dont le pulvérisateur est aussi consigné
Reyclage et produit bio : le laboratoire LMC propose un insecticide naturel dont le pulvérisateur est aussi consigné © FTVIASTELLA
Deux gestes en un : c'est ce que propose le laboratoire LMC. Installé près d'Ajaccio, l'entreprise a développé un insecticide écologique pour venir à bout des moustiques, puces, tiques, fourmis et autres nuisibles, mais pas seulement.

La particularité du procédé repose surtout sur son mode de distribution. Le public achète un pulvérisateur consigné en magasin pour deux euros et peut le recharger jusqu'à une vingtaine de fois sur une borne distributrice de l'insecticide.

Avec une quarantaine de points de vente en Corse dans les magasins de jardinage, le laboratoire LMC s'inscrit dans une tendance générale de lutte contre les produits chimiques et de chasse aux déchets plastiques.
 
Reyclage et produit bio : un insecticide consigné fabriqué en Corse

 "On a développé une machine qui permet de réduire les déchets en Corse, mais aussi d'utiliser un insecticide que l'on produit localement contre un large spectre d'insectes", explique Mathieu Lenouvel, ingénieur et développeur du procédé.  

Une démarche plus respectueuse de l'environnement qui s'observe de plus en plus dans les magasins de jardinage.

Les consommateurs se tournent vers des produits plus "bio" pour traiter leurs jardins, encouragés par des directives européennes restreignant l'usage des insecticides et autres pesticides.

"On voit une nette évolution, le bio prend de plus en plus d'importance. On redécouvre le vinaigre, le bicarbonate de soude, des vieux produits remis au goût du jour, un peu par la force des choses et aussi par conviction personnelle", indique Babette Lechiara, conseillère vendeuse chez Gamm Vert.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardins nature sorties et loisirs agriculture bio agriculture économie