• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Sartène : fusillade de la place Porta, suite et fin en correctionnel

Fusillade de la place Porta à Sartène (Corse du Sud), le 4 septembre 2010. / © STEPHAN AGOSTINI / AFP
Fusillade de la place Porta à Sartène (Corse du Sud), le 4 septembre 2010. / © STEPHAN AGOSTINI / AFP

Huit ans après la fusillade de la place Porta à Sartène (Corse du Sud), quatre hommes comparaissaient mardi devant le tribunal correctionnel d'Ajaccio pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime. 

Par France 3 Corse ViaStella / GB

Huit ans après la fusillade de la place Porta qui avait visé Pierre Balenci le 4 septembre 2010 à Sartène, François Ettori, Christophe et Mickaël Gelsomino comparaissaient mardi devant le tribunal correctionnel d'Ajaccio pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime.

Visé par plusieurs tentatives d'assassinat, le 4ème accusé, Jean-Pierre Giacomoni, était absent pour des "raisons de sécurité" selon son avocat.

Pierre Balenci avait été pris pour cible par deux tireurs masqués alors qu'il était attablé à la terrasse d'un café. Atteint de plusieurs balles, il était parvenu à riposter avec son arme, tuant l'un des agresseurs, Jacques Ettori, frère de l'un des accusés.
 
Sartène : fusillade de la place Porta, la suite en correctionnel
Intervenants - Me Anna-Maria Sollacaro, partie civile , avocate de Pierre Balenci; Me Dominique Paolini, partie civile, avocat de Pierre Balenci; Me Emmanuel Molina, avocat de François Ettori; Equipe - Marie-Françoise Stefani, Jennifer Cappaï.

Ce dossier illustre les affrontements entre bandes rivales dans le sartenais. Soupçonné d'être l'un des tireurs, François Ettori a été condamné en première instance puis acquitté en appel en 2015. L'association de malfaiteurs avait été disjointe, ce qui lui vaut d'être à nouveau sur le banc des accusés.

A son encontre, la procureur a demandé un an de prison avec sursis. 18 mois de prison ferme sans mandat de dépôt ont été requis à l'encontre de Jean-Pierre Giacomoni et 18 mois avec sursis à l'encontre des frères Gelsomino.

Le délibéré est attendu le 16 octobre.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : reconstitution de la bataille d'Austerlitz au Casone

Les + Lus