Ultradroite : les deux hommes interpellés en Corse mis en examen

Les interpellations ont été conduites par les policiers du RAID. / © Alexandre MARCHI / MAXPPP
Les interpellations ont été conduites par les policiers du RAID. / © Alexandre MARCHI / MAXPPP

Les deux individus interpellés en Corse dans le cadre du coup de filet dans la mouvance de l'ultradroite mené le week-end dernier par la DGSI qui a conduit à l'arrestation de dix personnes, ont été présentés mercredi à un juge antiterroriste.

Par France 3 Corse ViaStella / GB

Les deux hommes, un directeur de ressources humaines retraité en vacances dans son appartement à Ajaccio et un restaurateur d’Albitreccia ont été présentés mercredi à un juge d’instruction du palais de Justice de Paris.

Ces neuf hommes et cette femme, âgés de 32 à 69 ans, sont soupçonnés d'appartenir à un groupuscule dont les autorités craignaient "un passage à l'acte violent, aux contours demeurant toutefois imprécis à ce stade", selon le parquet de Paris.

Tous ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", certains étant également mis en cause pour des infractions sur les armes et pour la fabrication et la détention d'engin explosif en relation avec une entreprise terroriste.

Quatre d'entre eux ont été placés en détention provisoire alors que le ministère public avait requis 9 mandats de dépôts.

Le restaurateur d'Albitreccia nie toute appartenance à ce mouvement, a déclaré son avocat Me Lucien Felli, "dans une affaire qui le dépasse de façon considérable".  
 
Ultradroite : les deux hommes interpellés en Corse présentés à un juge d'instruction
Intervenants - Me Lucien Felli, avocat de la défense; Equipe - Marie-Françoise Stefani, Jacques Paul Stefani.

Cette affaire braque les projecteurs sur l'ultradroite alors que la menace terroriste est venue ces dernières années essentiellement des réseaux jihadistes, responsables d'une vague d'attentats sans précédent depuis 2015.

Les suspects gravitaient autour d'un mystérieux groupuscule baptisé "AFO" (Action des forces opérationnelles) et appelant à lutter contre "l'ennemi intérieur" musulman.

Menées dans la nuit de samedi à dimanche par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), les arrestations se sont déroulées en Corse, en région parisienne et en Charente-Maritime.

Les enquêteurs ont retrouvé des fusils, des pistolets et des grenades artisanales lors des perquisitions, selon des sources proches de l'enquête.

Les dix interpellés avaient "un projet de passage à l'acte violent, aux contours mal définis à ce stade, ciblant des personnes de confession musulmane".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus