Un éleveur caprin de 27 ans a été mis en examen mardi pour assassinat, quatre jours après le meurtre d'un conseiller municipal, également chef d'entreprise, tué d'une balle dans la tête en Corse-du-Sud, a indiqué le procureur de la République d'Ajaccio.

"L'enquête d'environnement le désigne comme une personne susceptible d'avoir un mobile", a précisé le procureur de la République d'Ajaccio. Antoine Pietri en garde à vue depuis la fin du week-end, nie les faits. Il a été placé en détention provisoire à la maison d'arrêt d'Ajaccio.

"On considère qu'il ne s'agit pas d'une mauvaise rencontre où d'un acte fortuit", a indiqué Eric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio.

"On sait qu'il existait un différend qui portait sur un terrain qui se situe à l'endroit même où la victime a été abattue, terrain qui était revendiqué pour exploitation par le mis en cause."

"Plusieurs témoins ont rapporté une violente altercation entre les deux hommes quelques jours avant les faits", a précisé Eric Bouillard.

Eric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio; Me Dominique Paolini, avocat du mis en examen ©France 3 Corse ViaStella

Patrick Julien, la victime, a été retrouvé à Soccia, samedi vers 17h20, mortellement touché d'une balle dans la tête, au volant de son tractopelle, alors qu'il procédait à des travaux de terrassement.

Élu municipal et chef d'entreprise, l'homme de 52 ans, inconnu de la justice, était également président d'une association foncière pastorale (AFP), un regroupement de propriétaires de terrains agricoles ou forestiers.