Municipale in Campagna à Ajaccio : Etienne Bastelica

Etienne Bastelica, tête de la liste d'Una cità ghjusta / © viastella
Etienne Bastelica, tête de la liste d'Una cità ghjusta / © viastella

Una cità ghjusta, c'est le nom de la liste menée par A manca aiaccina, qui réunit plusieurs composantes de la famille de la gauche ajaccienne. Même si tout le monde n'a pas répondu à l'appel, Etienne Bastelica le martèle : "Nous sommes là, debout".

Par Sébastien Bonifay

"La gauche, depuis très longtemps, a fait de la justice sociale, de la justice tout court, l'un de ses grands marqueurs.
Les grandes espérances, les grands dossiers, tout ce qui est arrivé en Corse a un moment donné est dû au rassemblement de la gauche."


 
Etienne Bastelica sur le plateau de Municipale in Campagna / © viastella
Etienne Bastelica sur le plateau de Municipale in Campagna / © viastella
 

Faire exister la gauche à Ajaccio

Faire crédit à la gauche insulaire de toutes les avancées constatées depuis des décennies en Corse, c'est peut-être un peu excessif. 
Mais Etienne Bastelica veut marquer les esprits.  
Et rappeler que le social a toujours été l'un des combats majeurs de la gauche. 

 


Sa famille politique, sur l'échiquier national comme insulaire, peine à retrouver une place. 
Et à Ajaccio, si Paul-Antoine Luciani ou François Casasoprana ont répondu présents, nombre d'anciens partenaires de lutte se font discrets.
Certains sont partis sous d'autres cieux. 
Ou sur d'autres listes. 

 


Le leader de Una Cità Ghjusta y croit toujours.  "La gauche n'est pas à terre. Notre appel n'a pas été entendu par tout le monde, mais nous sommes là, debout."
 

Le social, toujours

Parmi les chevaux de bataille de la seule liste de gauche revendiquée à Ajaccio, le logement social, la grande voirie, le combat pour l'environnement...

Mais quand on interroge Etienne Bastelica sur le bilan de Laurent Marcangeli, qui a délogé la gauche de la mairie, il se montre mitigé. 
Et plutôt que de tirer sur l'actuelle mandature à boulets rouges, il préfère reconnaître que des choses ont été faites, mais qu'elles sont dues à celle d'avant. 

"Quand on est maire d'une grande ville, on ne peux pas dire "je". Les grands dossiers ne reposent pas sur une mais sur plusieurs mandatures. Et il y a une continuation évidenente avec ce qui avait été enclenché avant l'arrivée de Laurent Marcangeli au pouvoir". 

 
Intégralité de l'entretien accordé par Etienne Bastelica à Jean-Vitus Albertini


Premier tour des municipales le 15 mars prochain.

Composition de la liste Una Cità Ghjusta

  1. Etienne BASTELICA
  2. Vanessa SAMPIERI
  3. Alain COMBARET
  4. Anissa-Flore AMZIANE
  5. François CASASOPRANA
  6. Emmanuelle CERVETTI
  7. Pierre-Ange MUSELLI-COLONNA
  8. Christelle TERRAMORSI
  9. Joseph MORTINI
  10. Marina RASORI
  11. Pascal TESTORI
  12. Fatima PADOVANI
  13. Jean-Marie MATTEI
  14. Sandrine ARMANI
  15. Pierre-Philippe ANTONIOTTI
  16. Marie-Pierre FIORI
  17. Pierre-Louis ISIDORI
  18. Virginie BISGAMBIGLIA
  19. Jean-Michel MEDORI
  20. Salou GUERBAA
  21. Nicolas CONTEBARDO
  22. Marie-Françoise CECCALDI NORDEE
  23. Philippe AURUS
  24. Magali LIONS
  25. Mickael SANTAMARIA
  26. Véronique COLOMBANI
  27. Gérard GAGLIARDI
  28. Angèle MERURI
  29. Philippe POZZO DI BORGO
  30. Marie-Georges BEVERINE
  31. Antoine Jourdan-MURACCCIOLE
  32. Rosa Alexandrina PASSOS
  33. Thierry BARBONI
  34. Chantal GOSSA
  35. Alberto CASTILLO
  36. Camille RAIOLA
  37. Pierre FAURE
  38. Nicole BATTINI
  39. Jojo PIETRI
  40. Claudie SPINOSI
  41. Jean-Michel BIONDI
  42. Martine MAGINOT
  43. Gérard MONDOLONI
  44. Marcelle ROMBALDI
  45. Jean-Louis AMIDEI
  46. Natacha PIMENOFF
  47. Jean-Marc CIABRINI
  48. Dominique MERLENGHI
  49. Paul Antoine LUCCIANI

Sur le même sujet

Les + Lus