Priscilla Gneto marque son territoire à Bercy à un an des JO de Paris

La judokate insulaire s'est imposée en finale du Grand Slam de Paris face à une redoutable adversaire, la canadienne Jessica Klimlkait, championne du monde en 2021. De quoi aiguiser ses ambitions à un an des Jeux.

Neuf fois, Priscilla Gneto s'était présentée sur le tatami de Bercy. Le Grand Slam de Paris lui avait plutôt bien réussi, avec 5 médailles de bronze à son actif. Mais celle qui a fait ses classes en Corse, à Porto-Vecchio puis Ajaccio, n'avait jamais réussi à décrocher l'or dans ce qui est l'un des tournois de Judo les plus prestigieux du monde.

Détermination

Pour autant, ce n'est pas la frustration, mais une motivation à tout épreuve, qui animait la médaillée de bronze des Jeux olympiques en 2012, hier. 

Malgré une opposition de haut niveau, la compétitrice de 31 ans a pris le dessus sur l'Israélienne Nelson-Levy et la Portugaise Montero, au terme de deux rencontres longues et âprement disputées, pour s'ouvrir les portes de la finale face à la Canadienne Jessica Klimkait. 

Une adversaire une nouvelle fois redoutable, forte de son titre de championne du monde 2021 et de sa médaille de bronze au Jeux de Tokyo. Mais au bout de la prolongation, Priscilla Gneto s'est imposée au pénalités. 

Et elle remporte enfin la médaille d'or à Paris,  en catégorie - 57 kg, une catégorie où elle tire depuis 7 ans, après avoir débuté en moins de - 52 kg.

Les JO en ligne de mire

Le grand slam est une étape clé sur la route des prochains J.O., en 2024 en France. Priscilla Gneto le sait, et si elle ne veut pas s'emballer, et veut y aller "étape par étape", elle le reconnaît au micro de nos confrères de l'Equipe, "bien sûr que j'y pense"

La soeur cadette de Priscilla, Astride Gneto, 26 ans, était aussi en lice, en - 52kg. Elle a pour sa part échoué au pied du podium face à Amadine Buchard.