Ota : la préfecture accorde un peu de répit au couple menacé d'expulsion

Ce lundi 19 avril, le maire d'Ota-Porto et le président de la communauté Spelonca Liamone ont rencontré le coordonnateur de la sécurité en Corse, pas d'expulsion dans l'immédiat, mais la mise en place d'une enquête sociale pour évaluer la situation du couple.

René Keirsbilck, 76 ans, et sa femme, 86 ans, sont menacés d'expulsion.
René Keirsbilck, 76 ans, et sa femme, 86 ans, sont menacés d'expulsion. © A.A. / FTV

C'est une petite victoire pour le maire d'Ota-Porto et le président de la communauté de communes Spelonca Liamone. Reçus en préfecture par le coordonnateur pour la sécurité en Corse, ce lundi 19 avril, les deux élus sont parvenus à gagner un peu de temps et éviter l'expulsion du couple de personnes âgées de leur habitation.

"L'expulsion n'est pas annulée. On sursoit l'expulsion parce qu'une enquête sociale va être lancée. Cela me parait évident, car la chose qu'il faut le plus défendre, c'est le volet social de ce dossier. Des personnes aussi âgées dans ces conditions-là, on ne peut pas, d'un trait de plume, décider de les expulser sommairement en leur coupant l'électricité pour les obliger de partir", déclare Francois Colonna, président de la communauté de communes Spelunca – Liamone à la sortie de la réunion.

Une enquête sociale, soit l'évaluation de la situation financière et sanitaire du couple.

Nouvelle réunion d'ici 15 jours

Pour rappel, jeudi dernier, la mobilisation de plusieurs dizaines d'habitants et d'élus a empêché la coupure de l'électricité, par un agent EDF accompagné de plusieurs gendarmes. Dans le viseur : une maison composée d'un atelier et d'un logement où vivent et travaillent un couple de 76 et 86 ans.

Problème : le terrain est inconstructible et l'ensemble des décisions de justice se sont toujours prononcées en faveur d'une expulsion.

Néanmoins, le maire d'Ota-Porto assure que deux anciens préfets, Patrick Strzoda et Josiane Chevalier, se seraient engagés à ne pas expulser le couple de leur vivant. "Je ne veux pas revenir sur des propos passés. Nous sommes au mois d'avril 2021, il faut que l'on prépare l'avenir ensemble", commente Michel Tournaire, coordonnateur pour la sécurité en Corse.

Une prochaine réunion entre les différentes parties est prévue d'ici 15 jours.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie