COVID19 : le couvre-feu de 18 heures s'appliquera désormais en Corse

L'information circulait déjà depuis plusieurs jours. C'est désormais confirmé. Le couvre-feu à 18 heures est désormais étendu à l'ensemble de la France à partir du 16 janvier. La Corse devra donc, une nouvelle fois, ajuster son quotidien au COVID19...

Pour l'immense majorité des Françaises et des Français, c'est avant tout un soulagement. Alors que les tensions sont accrues par les nouveaux variants du COVID19 découverts ses dernières semaines, le pays craignait un retour au confinement total, comme au printemps dernier.

Au final, c'est donc l'autre option qui courait depuis plusieurs jours dans les médias qui a été choisie par le gouvernement.

Jean Castex l'a annoncé, après les satisfectis d'usage sur les mesures prises par le gouvernement : ce sera le couvre-feu à 18 heures pour l'ensemble du pays. Elle sera mise en place samedi 16 janvier, pour au moins deux semaines. 

Une mesure qui était déjà appliquée dans 25 départements, et qui avait les faveurs du ministre de la Santé. 

La situation reste préoccupante.

Jean Castex


Olivier Veran affirmait, jeudi dernier, que "dans tous les départements qui ont adapté cette mesure, avec dix jours de recul, on a une augmentation du taux d'incidence de 16%, quand les autres ont une augmentation de 43%".

Un confinement uniquement imposé le week-end, un temps envisagé, n'a pas été évoqué. 

Les autres mesures

  • Durcissement des conditions d'entrée sur le territoire national. Tous les voyageurs en provenance d'un pays extérieur à l'Union européenne devront présenter un test négatif avant d'embarquer dans un avion ou sur un bateau. Les mesures seront également plus sévères pour les pays européens, particulièrement ceux qui, comme l'Irlande, sont en proie à une forte augmentation des cas de COVID19 britannique. ​​​​​​
  • Les établissements scolaires resteront ouverts. Mais le protocole sanitaire dans les cantines sera intensifié. Le dépistage sera plus important, près d'un million par mois. Et les activités sportives en intérieur seront mises entre parenthèses. 

    Si nous constatons une dégradation épidémique forte, nous serons conduits à décider d'un nouveau confinement.

    Jean Castex

  • Dans l'établissement supérieur, nous autorisons la reprise des travaux dirigés en présentiel des premières années, par demi-groupes. A partir du 25 janvier. Avant, si l'évolution de l'épidémie le permet, d'élargir cette mesure aux deuxièmes années. 
  • A partir du 18 janvier, la vaccination sera ouverte à toutes les personnes, quelque soit leur âge, qui présenteront des pathologies risquant de les amener à développer une forme rare de la maladie en cas de contamination. 

Un délai d'un an de plus pour rembourser les prêts garantis par l'Etat

Des ajustements ont été annoncés par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, dans le domaine des aides aux professionnels. Ainsi, les entreprises qui ont contracté un prêt garanti par l'Etat pourront différer son remboursement pour un an supplémentaire.
​​

Le point sur les variants

Deux variants ont été identifiés en France :

  • le britannique, plus contagieux, de 30 à 70 %. Il est également plus contagieux sur les enfants. Pour 100 cas de coronavirus, il y en a entre 1 et 1,5 qui correspond à ce nouveau variant. Mais il ne donne pas de cas plus graves. Il est sensible aux vaccins, selon les premières constatations. L'Etat a renforcé les contrôles aux frontières pour éviter que le variant se diffuse d'avantage. 
  • Le deuxième est originaire d'Afrique du Sud. Il existe pour l'heure moins de données, mais tout laisse à penser, selon le ministre de la santé, Olivier Veran, qu'il est comme le britannique plus contagieux, mais qu'il ne donne pas non plus de cas plus graves. 

 

La conférence de presse est toujours en cours, d'autres annonces sont à attendre. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité