• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Décès d'Edmond Simeoni, de nombreuses réactions politiques et populaires

Edmond Simeoni à Ajaccio le 24 novembre 2018 / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Edmond Simeoni à Ajaccio le 24 novembre 2018 / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Le décès d'Edmond Simeoni à 84 ans des suites d'une maladie a été annoncé ce vendredi 14 décembre. Depuis les réactions et les hommages affluent de toutes parts sur les réseaux sociaux du monde politique, associatif, populaire et sportif. 

Par France 3 Corse ViaStella



Les condoléances et les hommages affluent de toutes parts depuis l'annonce du décès Edmond Simeoni. Il s'est éteint à 84 ans des suites d'une maladie. Sur Facebook, les Corses témoignent de leur respect pour un homme qui a marqué l'île de son empreinte. 

"Ce qui caractérise un grand homme, c'est sa capacité à laisser une impression durable aux gens qu'il rencontre. C'est le cas du Docteur Edmond Siméoni. Sincères condoléances à toute la famille", écrit Dany Ddg Agostini.

Toujours sur le réseau social, Andria Cigli écrit avoir dû mal à envisager le décès d'Edmond Simeoni : "Riposate in Santa Pace. Vous avez été notre icône. Difficile d'imaginer votre disparition. Sincères condoléances à vos proches."

Dans les rues de Bastia, la tristesse est unanime chez les habitants. Les passants soulignent leur respect pour l'homme et son investissement pour la Corse. 
 
Les Corses endeuillés par le décès d'Edmond Simeoni
Equipe : François-Albert Bernardi, Marion Fiamma et Yann Moil



Les politiques de tout bord le saluent


Du côté des politiques, les réactions affluent aussi de la Corse que du continent. Beaucoup viennent de gauche mais quelques hommes de droites parlent de leur respect pour Edmond Simeoni. 

Sur Twitter, Laurent Marcangeli, maire LR d'Ajaccio, rend hommage à "l'amour viscéral pour la Corse" d'Edmond Simeoni.

Vincent Carlotti, ancien secrétaire du Parti socialiste en Haute-Corse et ancien maire d'Aleria, explique perdre un ami. 
 

Le président de l'assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, dépeint Edmond Simeoni comme "un éveilleur de consciences et un combattant.
 


Dans un tweet, Jean Zuccarelli, président de la gauche républicaine corse, dit : " [s]on émotion et [s]a tristesse devant la disparition d’Edmond Simeoni qui aura marqué de son empreinte la vie politique de l’Ile pendant près de 50 ans. Chacun reconnaissait en lui l’homme de conviction et de combat. Si le même amour de la Corse nous avait conduit à des positions très différentes quant à l’avenir institutionnel de l’Ile, ces désaccords n’ont jamais exclus un grand respect mutuel. À a so moglie, à i so figlioli Gilles è Marc, à u so fratellu Max, mandu e mo pensate.
 


 
Réactions politiques au décès d'Edmond Simeoni, père du nationalisme corse
Intervenants : Léo Battesti, militant associatif - Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse - Emile Zuccarelli, ancien Député-maire de Bastia - Jean Baggioni, ancien Président du Conseil Exécutif de Corse - Laurent Marcangeli, maire d'Ajaccio - Paul-Antoine Luciani, militant communiste Equipe : Dominique Moret, Sophie Wolinsky et Fabien Bernardini


Ségolène Royal, ex-candidate PS à la présidentielle de 2007, a présenté ses condoléances à la famille du père du nationalisme corse. Pour l'ancienne ministre de l'Écologie, Edmond Simeoni était "une grande figure incarnant un idéal, un humanisme, une fierté", 


Europe Écologie Les Verts (EELV) a fait savoir "sa grande tristesse" dans un communiqué. Le parti politique loue son engagement sans faille.

"Son amour de son peuple et de sa culture ont guidé sa vie. Nous saluons le militant capable de se détourner de la violence, de la condamner, et de présenter des excuses sincères après les évènements d’Aleria. Nous gardons en mémoire ses engagements sans concession contre la montée du racisme et de la haine, dans son île comme dans le monde. Ces valeurs qui font la puissance d’une démocratie vivante seront à jamais associées à sa mémoire."

Cécile Duflot, ancienne secrétaire d'EELV et directrice générale d'Oxfam, une ONG luttant contre les inégalités et la pauvreté, cite Edmond Simeoni pour lui rendre hommage : "Avant de nous quitter provisoirement, n'oubliez jamais que la liberté seule guide nos pas, inscrits dans le droit (...), que la lutte exclusivement démocratique est nécessaire, capitale et que la non-violence est notre arme absolue". 

La maire de Paris, Anne Hidalgo, parle de Edmond Simeoni comme d'une "immense figure de la Corse". 


Pour Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, "au delà des divergences politiques, sa personnalité, sa volonté de dialogue, son amour pour la Corse nous manqueront". 
 

 


François de Rugy, ministre de la Transition Écologique et Solidaire a également réagi au décès d'Edmond Simeoni. Il cite dans un tweet : « La liberté seule guide nos pas, inscrits dans le droit (…), la lutte exclusivement démocratique est nécessaire, capitale et la non-violence est notre arme absolue »
 



Le monde associatif lui rend hommage


Associu Sulidarità salue la mémoire d'un homme qui est resté "fidèle à ses convictions et son engagement politique pendant des décennies".
 

Sur son site internet, la Ligue des droits de l'Homme Corsica, célèbre "un homme empreint d'humanisme, un militant de la fraternité et de la dignité pour chacun. Il ne cessa d'être révolté contre toutes les humiliations. Que chacun garde en mémoire la force de son engagement altruiste porteur d'avenir pour tous. "

Le Gazélec Ajaccio, l'AC Ajaccio et le SC Bastia, ont tous présenté leur condoléances à la famille. L'AC Ajaccio a salué l'homme qui "a passé toute sa vie à se battre pour la Corse et l'âme de son peuple".  


Les nationalistes et régionalistes français lui disent adieu 


Le parti nationaliste basque, Sortu exprime sur Twitter ses condoléances au peuple corse. 
 

Du côté de la Bretagne, "tous les nationalistes bretons se joignent à la peine de nos amis corses", explique Breiz Dizalc'h, un nationaliste breton sur Twitter. Paul Molac, premier député autonomiste breton à l'Assemblée nationale, a rendu hommage à Edmond Simeoni lors de la session du conseil régional de Bretagne qui se tenait ce vendredi après-midi. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Avec « Ma Robe pour armure », Pascal Garbarini aborde la quête d’identité corse qui l’a guidé

Les + Lus