Déchets : actions du collectif Valincu Lindu contre le nouveau centre d’enfouissement de Viggianello

Alors que la préfète de Corse devrait délivrer ce vendredi 8 novembre un avis favorable au projet de nouveau centre d'enfouissement à Viggianello. Le collectif Valincu Lindu a manifesté devant la préfecture à Ajaccio. Ses membres bloquent aussi l'accès de l'actuel centre d'enfouissement.
Alors que la préfète de Corse devrait délivrer ce vendredi 8 novembre un avis favorable au projet de nouveau centre d'enfouissement à Viggianello. Le collectif Valincu Lindu bloque notamment l'accès de l'actuel centre d'enfouissement.
Alors que la préfète de Corse devrait délivrer ce vendredi 8 novembre un avis favorable au projet de nouveau centre d'enfouissement à Viggianello. Le collectif Valincu Lindu bloque notamment l'accès de l'actuel centre d'enfouissement. © Frédéric Roche / FTVIASTELLA
Depuis 6 heures du matin, ce vendredi 8 novembre, ils sont là. Postés aux abords de la déchèterie, et déterminés à barrer la route aux camions poubelles des autres communautés de communes

Si le collectif Valincu Lindu se mobilise, c'est pour dire non au projet de nouveau site d'enfouissement de déchets sur place. 

Leur message est clair : à chacun sa part de déchets. « La décharge de Viggianello ne peut plus recevoir les ordures de toute la Corse, parce qu’un jour, il y aura une catastrophe écologique. Avant, il y avait une petite décharge dans chaque région, je pense qu’il faut recommencer. Chacun doit traiter ses déchets », soutient Jacques Fieschi, membre du collectif Valincu Lindu. 

 
Déchets : actions du collectif Valincu Lindu contre le nouveau centre d’enfouissement de Viggianello
 

Maintenir la pression


Le collectif s'est aussi rassemblé devant la préfecture d'Ajaccio vers 9 heures

Objectif : maintenir la pression pendant la réunion préfectorale, à l'issue de laquelle la préfète devrait rendre un avis favorable au projet Viggialleno 2. « On vient de nous envoyer le plan qui va être adopté ce matin, il est stipulé sur l’origine géographique des déchets : ‘Toutefois, l’installation peut accueillir en cas de nécessité les déchets de l’ensemble de la Corse’ », indique Marie-Paule Tomasi, membre du collectif Valincu Lindu.

 

Contactée, la préfète de Corse n'a pas souhaité communiquer pour le moment. Sa décision devrait être validée dans la quinzaine. Et ce, malgré la mobilisation du collectif et le refus exprimé par l'exécutif nationaliste.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déchets ménagers environnement société