Découvrez les couvents de Corse, ce mardi à 20h45 sur ViaStella.

Pour ce premier numéro de la nouvelle saison de votre série "Trésors du Patrimoine Corse", visite de nos couvents, de la Balagne à la Castagniccia, en passant par l'Alta Rocca. Certains sont toujours "actifs", d'autres à l'abandon. Enfin, des édifices sont en cours de réhabilitation, comme le couvent Saint-François de Morosaglia que nous évoquerons dans cet article...

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les nombreux couvents répartis sur tout le territoire de l’île racontent l’histoire des ordres religieux venus évangéliser, instruire et aider les populations, notamment les Franciscains qui ont été si nombreux au cours des siècles. L’importante ferveur chrétienne des Corses est en grande partie due à l’action de ces communautés, qui ont bâti plus de 70 couvents avec leurs églises.
Ils ont aujourd'hui chacun leur histoire, que nous conte Dominique Lanzalavi dans ce documentaire, qu'ils soient toujours à vocation religieuse, réhabilités en établissements scolaires ou administratifs ou tout simplement laissés à l'abandon... 

Les couvents religieux 

durée de la vidéo : 00h02mn07s
Couvent de Marcassu à Cateri, où vivent les Sœurs du Rosier de l'Annonciation ©France 3 Corse ViaStella / Storia Productions

Quelques couvents abritent toujours les communautés qui les animent, comme ceux de Corbara, de Vico ou encore celui de Marcassu, qui accueille les Sœurs du Rosier de l'Annonciation. Elles nous ouvrent leurs portes et nous font découvrir leurs missions et leur quotidien.
Avec leurs 2 hectares de terrain à entretenir, elles reçoivent le soutien des villageois, attachés à leur patrimoine, pour les aider à certaines tâches. Cela permet aux habitants des villages aux alentours de perpétuer le patrimoine religieux, permettant à ces Sœurs d'organiser des activités pour femmes et enfants durant leur temps libre.

On peut parler également du couvent Saint Dominique, à Corbara, qui accueille la communauté des frères de Saint-Jean, mais également des pratiquants pour des retraites spirituelles, ou des familles venant en vacances, tout en respectant le lieu.
C'est aussi le cas du couvent Saint François de Vico, qui accueille également 3 prêtres qui entretiennent les lieux. Ils ont des missions de plaisance et d'évangélisation dans les villages aux alentours, importantes pour les Corses...

Les couvents réhabilités

Devenus biens publics lors de la Révolution française, puis dans le cadre de la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905, la plupart ont changé de "destinations" en devenant des établissements scolaires, des demeures privées, des administrations ou des lieux de culture. C’est le cas à Bastia, avec le collège Simon Vinciguerra, le lycée Jean Nicoli ou le couvent Sant’Angelo...

À l'époque des Génois, Bastia était leur capitale sur l'île. Il y avait alors 12 couvents, uniquement dans la région bastiaise. L'un est devenu le plus ancien établissement secondaire de Corse, portant le nom d'un ancien professeur Résistant : Simon Vinciguerra. Ce collège, créé au début du XVIIème siècle fut pendant 200 ans à la charge des Jésuites, qui enseignaient aux jeunes Bastiais. Avec l'arrivée des Français à la fin du XVIIIème siècle, il aura de nouvelles fonctions jusqu'à aujourd'hui. Il fut notamment un palais sénatorial, un collège royal, une bibliothèque municipale ou encore un lycée impérial sous Napoléon III...

Les couvents laissés à l'abandon

Bien d’autres sont malheureusement tombés en ruines, ou ont été en partie détruits au cours des siècles. Mais certains sont en cours de réhabilitation, au prix de lourds investissements, comme à Morosaglia, Sainte-Lucie de Tallano ou Valle d’Alesani.

Des couvents ont également fait l'objet de scènes politiques, comme à Casabianca, où l'ancien couvent de Saint-Antoine a accueilli la première Consulta en 1730. C'est également en ce lieu que Pasquale Paoli fut élu général de la nation Corse, en 1755...
Un aspect politique que les Corses n'oublient pas, malgré l'abandon du couvent.

durée de la vidéo : 00h02mn16s
Corisca Sera du 17/08/2021, extrait d'un reportage sur le couvent Saint Antoine de Casabianca ©France 3 Corse ViaStella


Le couvent de Morosaglia

"U Babbu di a Patria" a un lien particulier avec les couvents. Outre sa nomination en tant que général dans celui de Casabianca, c'est au couvent Saint-François de Morosaglia qu'il a vécu durant quelques années de sa vie, jusqu'en 1793, entretenant une étroite relation avec ce dernier.
En effet, à sa mort, en 1807, il avait décidé de laisser un legs dans l'unique but de favoriser l'apprentissage pour les enfants de Morosaglia. Le couvent deviendra la première école Paoli, créée en 1833. Depuis les années 60, l'édifice était laissé à l'abandon. L'association "Saint François d'Assise", créée en 2016, a entrepris une rénovation des lieux il y a 2 ans, pour diverses raisons : 
- La préservation d'un axe patrimonial.
- Le développement de l'aspect touristique, et donc économique.
- Un biais pédagogique et social permettant de faire connaître la Corse aux plus jeunes.

Le permis de construire, déposé en août 2022, n'a été validé qu'en février dernier. Dans la foulée, les appels d'offres ont été lancés. La première tranche des travaux compte 5 lots : désamiantage, réfection de la charpente et de la toiture en lauzes pour le couvent et l'église, enduit extérieur du couvent et du clocher, menuiseries extérieures et ferronneries. 
On estime cette première phase de rénovation à 2,5 millions d'euros, une somme assez conséquente...
La Collectivité de Corse prend en charge 80% de la facture, répartis entre le service du patrimoine (10 %) et le Comité de massif (70 %). Ensuite, la commune, qui est éligible au DETR, la Dotation d'Équipement des Territoires Ruraux, a un accord de principe avec les services préfectoraux pour bénéficier d'une subvention d'État pour les territoires ruraux, de l'ordre de 10%.
On peut ajouter à cela, les 300 000 € récoltés grâce au loto du patrimoine, une initiative fortement appuyée par Stéphane Bern.  

Un trésor à préserver...

Si la présence de ces ordres religieux dans l’île est sans commune mesure avec celle du passé, les édifices remarquables qu’ils ont laissés constituent un patrimoine exceptionnel, souvent en danger, que des propriétaires, des religieux et des passionnés tentent de sauvegarder et de maintenir en vie.
Ces mots d'ordre sont l'essence même de la vie des Corses.

Pour en savoir plus sur les couvents de Corse, rendez-vous sur ViaStella ce mardi 13 février à 20h45 pour 
"Les couvents", 1er épisode de la nouvelle saison de "Trésors du Patrimoine Corse". Un documentaire à revoir vendredi 16 février à 15h45 et disponible dès demain, mercredi, sur notre plateforme replay France.TV.