• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Desserte maritime de la Corse : La Méridionale déboutée par le tribunal administratif

© CLEMENT MAHOUDEAU / maxppp
© CLEMENT MAHOUDEAU / maxppp

Le juge des référés du tribunal administratif de Bastia a rejeté ce mardi le recours de la société La Méridionale. Elle contestait l'éviction de ses offres par la collectivité de Corse portant sur les lignes Marseille-Ajaccio et Marseille-Propriano. La société fait appel devant le Conseil d'État.

Par France 3 Via Stella

Le juge des référés du tribunal administratif de Bastia a rejeté, ce mardi 19 mars, le référé de La Méridionale. La société contestait sa mise à l'écart sur deux lignes de desserte maritime, Marseille-Ajaccio et Marseille-Propriano. 

La collectivité de Corse avait étudié ces offres dans le cadre de la délégation de service public (DSP) de transport maritime de passagers et de marchandises entre Marseille et la Corse pour 2019-2020. La Méridionale avait été retenue pour les négociations des dessertes de Bastia, Porto-Vecchio et L'Île-Rousse, mais rejetée pour Ajaccio et Propriano. 

Le tribunal administratif a validé dans un communiqué le rejet des deux offres par la collectivité de Corse.

La Méridionale, qui ne dispose que de trois navires en pleine propriété, mais qui s’est portée candidate sur les cinq liaisons maritimes, a été admise aux négociations sur trois des cinq liaisons maritimes mises en concurrence, mais n’a pas été admise sur celles relatives à la ligne Ajaccio-Marseille et à la ligne Propriano-Marseille. La société ayant substitué deux nouveaux navires devant être affrétés à ceux qui étaient initialement proposés à l’affrètement, devenus indisponibles, la collectivité de Corse a rejeté ces offres.


La société a fait part de son souhait d'être réintégrée dans la phase de négociations. Elle a annoncé dans un communiqué vouloir faire appel devant le Conseil d'État

Nous sommes surpris et nous ne comprenons pas cette décision de nous refuser l’accès aux négociations des dessertes d’Ajaccio et de Propriano. Ceci alors même que notre offre est de qualité, conforme au cahier des charges, et qu’elle peut être, comme il est d’usage, précisée lors de ces négociations ; sans La Méridionale dans ces négociations, la Corse à tout à y perdre. - Benoît Dehaye, directeur général délégué de La Méridionale 


Les salariés STC de la compagnie, très mobilisés dans cette affaire, sont déçus, mais pas surpris, comme le confirme Cyril Venouil, délégué STC de La Méridionale. 

Depuis le début de l'appel d'offre, on le disait que pour nous la compagnie ne s'était pas positionnée de la manière la meilleure. L'autre jour à l'audience, les plaidoiries des avocats et les questions orientées du président du tribunal administratif nous laissait penser qu'il y avait encore un espoir d'être réintégrée dans les négociations d'Ajaccio et de Propriano. Force est de constater que ce n'est pas le cas.

 

La compagnie concurrente, Corsica Linea (ex-SNCM), pourra défendre son offre sur l'ensemble des cinq lignes. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Porticcio : des professionnels du littoral réclament l’égalité dans l’occupation du domaine public maritime

Les + Lus