Cet article date de plus de 4 ans

DOSSIER - La problématique des centres d'enfouissement des déchets en Corse

Alors qu'une nouvelle crise des déchets se profile avec l'arrivée de l'été, la problématique de la capacité d'accueil des déchets dans les centres d'enfouissement corses ressurgit.
Décharge de Vico, en juin 2016
Décharge de Vico, en juin 2016 © Marion Fiamma
Comme en juin dernier, avec trois sites d'enfouissement de déchets trop petits, la Corse se retrouve avec plus de 70 000 tonnes d'immondices sans exutoire. 

Le Syvadec a convaincu l'Etat qu'il reste encore de la place dans la décharge de Vico. Mais les riverains en ont ras-le-bol. Ils dénoncent la prolifération de goélands, l'intrusion de vaches sur le site, ils redoutent la pollution des eaux souterraines et refusent toute prolongation.

La décharge actuelle de Viggianellu devrait pouvoir durer jusqu'en 2020 même en augmentant le rythme d'enfouissement. L'activité pourrait toutefois perdurer puisqu'il y a sur le terrain voisin, un autre projet de traitement et d'enfouissement des ordures. Un projet porté par un privé que la plupart des élus locaux refusent, par crainte des nuisances.

Du côté de Prunelli di Fiumorbu, la population s'est exprimée et ne veut pas accueillir davantage de camions-poubelles.

Enfin, même si la ministre de l'Environnement Ségolène Royal a prôné la réouverture de la décharge de Tallone comme situation temporaire, il n'est pas encore sûr que les habitants acceptent.

Les blocages de décharges, qui se sont répétés à partir de septembre dernier, pourraient de nouveau se reproduire.

Le dossier de Marie-France Giuliani et Marion Fiamma :
Dossier sur les centres d'enfouissement des déchets en Corse

Intervenants :

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société vos rendez-vous