Entretien exclusif avec Bruno Sturlèse, président de la Commission nationale de protection et réinsertion des repentis

Ils ont fait partie de gangs criminels et ont un jour décidé de changer de vie. Depuis 2014, une loi permet à la justice d'accorder un statut de repenti. Bruno Sturlèse président de la Commission de protection et de réinsertion des repentis, accorde un entretien exclusif à France 3 Corse ViaStella.

Bruno Sturlese exerce les fonctions de président de la Commission nationale de protection et de réinsertion des repentis depuis 2017.
Bruno Sturlese exerce les fonctions de président de la Commission nationale de protection et de réinsertion des repentis depuis 2017. © FTV

C'est une des missions les plus secrètes de la justice : la protection et la réinsertion des repentis, ces anciens criminels qui ont fait le choix de collaborer avec la justice. Un statut spécifique mis en place en 2014, et dont bénéficient aujourd'hui une dizaine de personnes.

Pour la première fois, Bruno Sturlèse, président de la Commission nationale, a accepté de parler à la presse, et a reçu France 3 Corse ViaStella dans son bureau, au palais de justice de Paris. 

Un entretien conduit par Marie-Françoise Stefani en deux parties.

Entretien avec le président de la Commission nationale de protection et réinsertion des repentis (1)
Entretien avec le président de la Commission nationale de protection et réinsertion des repentis (2)

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grandes affaires criminelles justice société criminalité faits divers