Aéroport Sainte-Catherine : des vols Calvi-Paris sept jours sur sept

Un airbus A320 de la compagnie régionale Air Corsica stationne sur le tarmac de l'aéroport de Bastia-Poretta (Haute-Corse) / © Christian Giugliano/FTVIASTELLA
Un airbus A320 de la compagnie régionale Air Corsica stationne sur le tarmac de l'aéroport de Bastia-Poretta (Haute-Corse) / © Christian Giugliano/FTVIASTELLA

L'aéroport de Calvi poursuit son développement, l'infrastructure a obtenu le certificat européen de sécurité. Sainte-Catherine peut donc accueillir des avions plus gros qu'auparavant. Cet hiver, la principale nouveauté est la mise en place d'un vol quotidien en direction de Paris.

Par France 3 Corse ViaStella

Depuis décembre, Calvi et Paris sont reliés sept jours sur sept. Autrefois, décrié pour son très faible nombre de passagers, l'aéroport de Sainte-Catherine offre aujourd’hui de belles perspectives avec 141 000 sièges prévus pour 2018.

De plus, l'aéroport est en train de solder toutes ces dettes, notamment, 3,5 millions d'euros empruntés à la collectivité territoriale il y a 15 ans. « L’équilibre budgétaire est atteint. Le propriétaire des lieux étant la CTC, sera remboursé, à eux en 2020 de voir s’ils veulent renouveler l’expérience de redonner la concession à la chambre de commerce puisqu’ils sont propriétaires », indique Jean Guglielmacci, Premier vice-président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Haute-Corse.

Au total, 26 lignes régulières sont proposées en haute-saison, avec de nouvelles destinations comme Lyon, Bordeaux, Bâle ou Bruxelles. Une vieille revendication des professionnels du tourisme a également été entendue.

Il s’agit du vol, Calvi-Paris, le dimanche, de 16h40. Il passe à 18h45, en haute saison, ce qui permet à la clientèle parisienne d'allonger les week-ends.

Reste un problème majeur à régler, les prix d'un billet aller-retour. « Les touristes, les internautes achètent beaucoup plus un prix qu’une destination. Effectivement, on peut mettre les flux que l’on veut, si on n’est pas attractif si on n’a pas les bons tarifs malheureusement, on ne sera pas fréquenté », estime Jean-Baptiste Ceccaldi, Président de l'office de tourisme de Calvi.

Croisiéristes et plaisanciers


Si l'aéroport est plébiscité, du côté du port, les gestionnaires ont renoncé à accueillir les passagers des ferrys pour des raisons de sécurité. Le port de Calvi va désormais réceptionner des croisiéristes ou des plaisanciers.



« Il peut y avoir des unités d’une centaine de mètres, si on n’en met qu’une ou deux à quai, ou des unités plus petites d’une cinquantaine de mètres où là, on peut en mettre un peu plus, une douzaine. Donc on voit quand même qu’il y a une belle perspective de développement économique », précise Ange Santini, maire de Calvi.

Avec la plaisance de haut standing, Calvi offre de nouvelles opportunités à l'ensemble de la Balagne. Les aménagements sont évalués aux environs des 500 000 euros.


A lire aussi

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus