Loto du Patrimoine : le couvent de Marcassu, en Corse, parmi les heureux élus

Depuis 1623, le couvent de Marcassu est l'un des lieux emblématiques de la foi catholique en Balagne. Mais son état était devenu préoccupant. Un toit en très mauvais état, et une facture qui s'élevait à plus de 617.000 euros... Stéphane Bern et sa mission patrimoine vont lui venir en aide. 

Le couvent de Marcassu, à Cateri, en Balagne
Le couvent de Marcassu, à Cateri, en Balagne © Fondation du Patrimoine

Décidément, la Fondation du patrimoine aime la Balagne. Après le Couvent des filles de Marie de l'Ile-Rousse en 2020, c'est cette année un autre site de la région qui a retenu ses faveurs. 

Le couvent de Marcassu, à Cateri, fait partie des 18 sites choisis, à travers toute la France, pour bénéficier de la manne financière rapportée par le Loto du Patrimoine 2021. 

🍀🍀 Le projet emblématique pour la Corse, révélé! Le couvent de Marcassu ! 🍀🍀 Pour la deuxième année consécutive c'est...

Publiée par Fondation du Patrimoine Corse sur Lundi 5 avril 2021

Un original appel aux dons

Le principe est simple : chaque année, début septembre, la Française des Jeux met en vente une gamme de jeux de grattage et de tirage, sous le nom Mission Patrimoine. Et si les gagnants empochent leurs gains, comme d'habitude, c'est du côté des recettes récoltées par l'Etat que les choses changent. La somme qui revient habituellement dans ses caisses est, le temps ce ce loto, redistribuée aux sites choisis chaque année. 

En Corse, les premiers à avoir bénéficié du Loto du Patrimoine, c'est le couvent Saint-François, à Pino. Un chèque de 296.000 euros avait été remis à la municipalité en 2018 :

Une toiture en piteux état

Cette année c'est donc un autre couvent celui de Marcassu, à Cateri, qui pourra financer une partie de ses travaux de la sorte.

Des travaux qui concernent très prioritairement la toiture, et qui portent sur la couverture, l'isolation et la charpente, comme l'explique la Fondation Patrimoine :

"La toiture est en mauvais état depuis longtemps, générant infiltrations et dégradation accélérée de l’édifice. Le couvent a été entretenu de façon sporadique durant des décennies, avec les « moyens du bord » et grâce au dévouement d’associations de bénévoles qui ont fait ce qu’elles ont pu."

Coût total du projet : plus de 600.000 euros, qui ne pourront pas tous venir de la Fondation du Patrimoine. L'aide est, au maximum, de 300.000 euros. C'est pourquoi un appel aux dons est également lancé sur le site de la Fondation. 

Le projet de valorisation promet que le couvent restera un lieu de culte "avec des offices religieux en grégorien", et la messe pour les fidèles, mais également un lieu culturel, où se tiendront conférences, concerts et représentations théâtrales. Enfin, il accueillera également les gens qui désireront y séjourner. 

Des profils très différents

Du musée Marcel Proust à Illiers-Combray, dans l'Eure-et-Loir, aux écuries de Richelieu, à Gennevilliers, en passant par une maison de maître de Forge à Rupt, en Haute-Marne, et donc par la Balagne, le choix de la mission pilotée par Stéphane Bern est varié. 

Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, s'en est réjouie : 
"Ils reflètent bien la diversité du patrimoine français - on y trouve des édifices religieux comme des bâtiments civils, agricoles, industriels ou militaires, en passant par des maisons de personnalités célèbres, mais aussi quelques châteaux."

L'intérieur du couvent de Marcassu
L'intérieur du couvent de Marcassu © Fondation du Patrimoine

Ces bâtiments, souvent en péril, parfois abandonnés et oubliés, vont ainsi bénéficier d'un coup de pouce inattendu. Et conséquent. Depuis son lancement en 2018, le loto du Patrimoine a permis de récolter 127 millions d'euros.

D'autres bénéficiaires en Corse

Mais si ces dix-huit sites "d'exception" choisis par la Fondation du Patrimoine focalisent toute l'attention, ce ne sont pas les seuls à bénéficier d'aides financières de sa part. 

Une partie, plus modeste, de la somme récoltée lors du lot, revient à une centaine de sites dits "de maillage", un par département. Ainsi, en janvier dernier, l'église Saint-Spyridon de Cargèse pour la Corse-du-Sud, et l'amphithéâtre d'Aleria, pour la Haute-Corse, ont reçu respectivement 43.000 euros et 199.000 euros. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture