Bastia : première ratée pour l'ouverture des commerces le dimanche

Malgré l'arrêté préfectoral obtenu par le maire de Bastia Pierre Savelli autorisant l'ouverture des commerces ce dimanche 21 février, la plupart des rideaux métalliques sont restés baissés aujourd'hui. La faute, selon les commerçants, à un manque de communication autour de cette mesure.

L'essentiel des commerces de Haute-Corse sont restés fermés ce dimanche, malgré l'arrêté préfectoral de vendredi.
L'essentiel des commerces de Haute-Corse sont restés fermés ce dimanche, malgré l'arrêté préfectoral de vendredi. © FTV

C'était une mesure censée mettre du baume au coeur des commerçants insulaires, durement touchés par la crise sanitaire liée au coronavirus, mais la première a fait un flop : malgré l'arrêté préfectoral obtenu par le maire de Bastia Pierre Savelli pour autoriser l'ouverture des commerces ce dimanche 21 février, l'essentiel des magasins sont restés fermés.

La faute, selon les commerçants bastiais, à un manque de communication autour de cette mesure, qui concernait tous les commerces de détail de Haute-Corse.

"J'ai vu passer par hasard la publication sur le mur Facebook du maire, qui disait que l'on pouvait être ouvert ce dimanche, explique Pascal Medori, directeur du Monoprix de Bastia. Nous n'avons donc pas eu le temps de le mettre en place."

Ce vendredi, Pierre Savelli avait ainsi publié sur son compte Facebook officiel l'arrêté préfectoral en date du 19 février, qui stipule que la dérogation au repos hebdomadaire dominical est motivée par la "perte du chiffre d'affaires", et qu'elle répond autant aux intérêts de la clientèle que ceux des établissements concernés.

Las, ces-derniers n'auraient donc pas été mis au courant de cette mesure, qu'ils réclamaient pourtant depuis plusieurs semaines.

"Cette mesure nous intéresse, car nous avons des demandes de nos clients qui, du fait de la fermeture des magasins à 18 heures, ont de plus en plus de mal à faire leurs courses en semaine", assure Pascal Medori.

Une mesure pouvant être renouvellée

Mais pour le maire, la faute reviendrait plutôt au retard pris par la préfecture, alors que son courrier au préfet de la Haute-Corse a été adressé plus de deux semaines auparavant.

En effet, Pierre Savelli, après s’être entretenu avec l'association des commerçants bastiais, avait demandé dans un courrier envoyé le 5 février l'autorisation d'ouverture pour les commerces de détail.

But avoué de cette mesure : aider les commerçants bastiais à compenser les pertes liées aux mesures sanitaires et au couvre-feu à 18 heures.

Malgré ce départ raté, le maire a assuré que cette mesure pourrait être renouvellée pour les prochains dimanches. Une bonne nouvelle pour les commerçants bastiais à l'approche des beaux jours, à condition qu'ils soient mis au courant.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie