Manuel Valls hué par une centaine de personnes à Bastia

Le Premier ministre Manuel Valls a été hué lundi à Bastia par une centaine de personnes, membres de la CGT, du PCF, du STC et de FO, mais aussi d'un groupe de soutien à un supporter du SC Bastia blessé dans des heurts avec la police.

De la préfecture de région à la mairie d'Ajaccio ou de Bastia, des associations et des syndicats ont tenté de faire entendre leur revendications le long du trajet des rencontres ministérielles... ©France 3 Corse ViaStella
"Démission ! Démission !", a notamment scandé la foule de 120 à 130 personnes qui a apostrophé le chef du gouvernement alors qu'il se rendait à pied à la mairie de Bastia, deuxième étape de sa visite en Corse, la première depuis qu'il est à Matignon.

Quelques drapeaux de la CGT et du PCF flottaient au-dessus de ces opposants. Des membres d'un groupe de soutien à Maxime Beux, "Ghjustizia è verità", faisaient également partie de de comité d'accueil et portaient une banderole "Ghjustizia per Maxime". Une délégation a été reçu par des conseillers de Manuel Valls. 

Le jeune homme, étudiant en gestion à l'université de Corte (Haute-Corse), a perdu l'usage de l'oeil gauche lors d'incidents avec des policiers, le 13 février, à Reims après un match contre Bastia.

Le Premier ministre avait déjà été hué par plusieurs dizaines d'opposants à la loi Travail vendredi soir lors d'un déplacement à Montpellier.

Au Cap Corse, dernière étape d'une visite qui devait s'achever en début de soirée, Manuel Valls a déclaré vouloir retenir "l'état d'esprit" positif de son déplacement. "Nous avançons", a-t-il assuré à propos des dossiers corses. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter