• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pour la Marseillaise à Furiani : la mairie de Bastia taguée dans la nuit

21/11/15 - "Tristi ie francesi mai" (triste oui, français jamais) : les murs de la mairie de Bastia (Haute-Corse) ont été tagués suite à la prise de position du maire nationaliste de Bastia Gilles Simeoni pour que soit chanté la Marseillaise lors du match de Ligue 1 SC Bastia-GFC Ajaccio, samedi soir à Furiani. / © ANNE-MARIE LECCIA / FTVIASTELLA
21/11/15 - "Tristi ie francesi mai" (triste oui, français jamais) : les murs de la mairie de Bastia (Haute-Corse) ont été tagués suite à la prise de position du maire nationaliste de Bastia Gilles Simeoni pour que soit chanté la Marseillaise lors du match de Ligue 1 SC Bastia-GFC Ajaccio, samedi soir à Furiani. / © ANNE-MARIE LECCIA / FTVIASTELLA

Les murs de la mairie de Bastia (Haute-Corse) ont été tagués dans la nuit de vendredi à samedi suite à la prise de position du maire nationaliste de la ville Gilles Simeoni pour que la Marseillaise soit diffusée  lors du match de Ligue 1 SC Bastia- GFC Ajaccio, samedi soir à Furiani. 

Par France 3 Corse ViaStella

"Tristi ie francesi mai" (triste oui, français jamais), "dolu francese, dolu naziunalistu" (deuil français, deuil nationaliste), tagués en lettres rouge pouvait-on lire samedi matin sur les murs fraîchement refaits de la mairie de Bastia. 

Cette action intervient au lendemain de la prise de position du maire nationaliste de Bastia Gilles Simeoni pour que la Marseillaise soit jouée au stade de Furiani, comme le veut le protocole en hommage aux victimes des attentats de Paris fixé par le ministère de l'Intérieur.

"Partout dans le monde, faire résonner la Marseillaise sera à ce titre considéré, non comme l'expression d'une appartenance partisane, mais comme une façon de communier dans cet hommage, par delà les différences, les opppositions, voire els conflits", indique Gilles Simeoni dans un communiqué

Le président de la LFP, Frédéric Thiriez avait ainsi annoncé que l’hymne national serait joué avant chacune des dix rencontres du week-end en Ligue 1.

Un protocole que le club du SC Bastia a décidé de ne pas suivre, en présentant vendredi soir sur son site, l'organisation d'une cérémonie en hommage aux 130 morts des attentats, mais sans y faire figurer la Marseillaise. 

Pour la Marseillaise à Furiani : la mairie de Bastia taguée dans la nuit



A lire aussi

Sur le même sujet

Corse : signature de la 4e convention tripartite entre l’État, la collectivité et l’université 

Les + Lus