Cet article date de plus de 4 ans

Violences à l'issue de manifestations à Bastia, renvoi du procès

Le procès de dix jeunes gens jugés en comparution immédiate jeudi après-midi à Bastia dans le cadre d'une enquête sur des violences et dégradations survenues lors de deux manifestations en octobre 2016, a été renvoyé au 9 mars en raison de l’absence de l’un des avocats.
La cour du palais de Justice de Bastia (Haute-Corse)
La cour du palais de Justice de Bastia (Haute-Corse) © M.CANDEL / FTVIASTELLA
Jean André Albertini, avocat de la défense, qui plaide aujourd’hui devant la cour d'appel de Reims au procès de sept supporters bastiais, a demandé le renvoi de l’audience du tribunal correctionnel de Bastia.

Dans la mesure où il s’agit d’une procédure de comparution immédiate, le renvoi est de droit. A l’audience cet après-midi, le procureur de la République de Bastia Nicolas Bessone a demandé le maintien en détention de deux des prévenus, en raison de leur casier judiciaire.

Le tribunal correctionnel a finalement décidé de remettre les dix jeunes gens en liberté sous contrôle judiciaire dans l’attente d’un nouveau procès dont la date a été fixée au 9 mars.

Les dix prévenus, agés de 18 à 35 ans, sont poursuivis dans le cadre d'une enquête sur des violences et dégradations survenues lors de deux manifestations les 5 et 15 octobre à Bastia.

Ces deux manifestations avaient été organisées en soutien à Nicolas Battini, Stéphane Tomasini et Joseph-Marie Verdi, jeunes militants nationalistes condamnés le 6 octobre par la cour d'assises spéciale de Paris à des peines pour les deux premiers de  5 et 8 ans de prison, pour un attentat à la voiture bélier contre la sous-préfecture de Corte en 2012.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société