• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Au garage solidaire de Calvi, on paye en fonction de ses revenus

Dans le garage solidaire de Calvi, on paye en fonction de ses revenus
Achraf Akremi, salarié en chantier d'insertion // Philippe Andreani, chef d'atelier// Lionel Graffion, client de l'attellu mobilità // Marie Florence Dabrin, présidente de Corse mobilité solidaire - Emilie Arraudeau, Christian Giugliano

Au garage solidaire de Calvi, les mécaniciens sont en contrat d’insertion et le coût des réparations s’adapte au revenu des clients.

Par France 3 Corse ViaStella

Premier de Corse

Il y a dix-huit mois, l'association Corse mobilité solidaire ouvrait à Calvi un garage. Huit salariés en CDD d'insertion y apprennent la mécanique.

Sans diplôme ni expérience en mécanique, ils travaillent ici de 6 à 24 mois encadrés par Philippe Andreani : « Certaines personnes sont ici après des problèmes médicaux, des problèmes de vie, on a tous les cas. On les forme à la mécanique, les premières bases et certains partent en formation une fois qu’ils ont fini leur contrat ici », explique-t-il.

400 clients adhérents

Dans ce garage est solidaire, les 400 clients sont des adhérents. Leur cotisation annuelle, comme les factures, dépendent de leurs revenus. Les salaires des personnels en contrat d'insertion sont remboursés à 80% par l'Etat à l'association qui a créé ce garage.

Mais attention, prévient Marie Florence Dabrin, présidente de Corse mobilité solidaire : « On fait du solidaire, pas du social. » « Les services que l’on rend à la population et au territoire sont des services payants mais à des tarifs solidaires » ajoute-t-elle. Car pour fonctionner, acheter des pièces et du matériel, le garage doit réaliser au moins 8000€ de chiffre d’affaires mensuel.

Nouvelle boutique

Et cela fonctionne ! Forte du succès du garage, l'association ouvre un second atelier : une « Ressourcerie » créative, pour recycler et donner une seconde vie à des objets. Trois personnes y sont déjà employées en cdd d'insertion, la boutique en cours d'aménagement.

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus