• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Centre d'enfouissement de Moltifao : l'opposition continue

Pour les manifestants, pas question de laisser le projet de construction d'un centre d'enfouissement à Moltifao se réaliser / © Grégoire Alcalay
Pour les manifestants, pas question de laisser le projet de construction d'un centre d'enfouissement à Moltifao se réaliser / © Grégoire Alcalay

Quelques 250 personnes se sont réunies à la mairie de Ponte Leccia, ce mardi 6 août, pour manifester leur opposition au projet de centre d'enfouissement de déchets à Moltifao. Principale crainte des élus et des habitants : une possible pollution de l'eau par les déchets.

Par Axelle Bouschon

"Non à la pollution de notre vallée" et non, à l'ouverture d'un centre d'enfouissement de déchets à Moltifao (Haute-Corse).

Tel est le principe défendu par les quelques 250 personnes présentes à la mairie de Ponte-Leccia, ce mardi 6 août.

Parmi elles, notamment, le docteur Véronique Mari, cheffe de médecine interne à l'hôpital de Bastia.
 
Les habitants s'opposent au projet de construction d'un centre d'enfouissement des déchets / © Google Maps
Les habitants s'opposent au projet de construction d'un centre d'enfouissement des déchets / © Google Maps

 

"Toutes les poubelles de Corse"


Réunis à l'appel du collectif "défense et protection de la nature et du cadre de vie de Canale, Caccia, Golu et Rustinu", tous et toutes s'inquiètent de la possible construction d'un centre de stockage de déchets dans la micro-région.
 


"On a surtout le sentiment qu'il n'y a pas d'autres projets prévus par la collectivité de Corse, ou du moins qu'on n'en cherche pas beaucoup ailleurs" soupire Jackie Peri-Emmanuelli, habitante de Moltifao. 

Christophe Maitre vit lui à Castifao, à un peu plus de 2km du village. A ses yeux, avec l'ouverture du centre, la commune se trouvera contrainte de gérer "toutes les poubelles de Corse".

Une tâche qu'il juge impossible à réaliser : "ce site là est bien trop petit et trop risqué pour tout accepter".
 
Le site où devrait être construit le centre de stockage des déchets / © Grégoire Alcalay
Le site où devrait être construit le centre de stockage des déchets / © Grégoire Alcalay

 

Pollution de l'eau

 

Si demain quelque chose s'y dépose, ça va polluer la nappe et c'est une vraie catastrophe



Pour les élus comme pour les habitants, la principale source d'inquiétude, c'est la potentielle pollution de l'eau par les déchets.

200 000 tonnes d'ordures pourraient converger chaque année sur le site où est envisagé le centre d'enfouissement. Le problème, c'est que huit villages ont justement leurs captage d'eau potable à quelques mètres, sur les rivières Tartagine et Asco. 

Vincent Cognetti, maire de Morosaglia, imagine le pire : "c'est un bassin d'eau, donc si demain quelque chose s'y dépose, ça va polluer la nappe et c'est une vraie catastrophe"
Les habitants et élus craignent que la rivière d'Asco soit contaminée par les déchets / © Grégoire Alcalay
Les habitants et élus craignent que la rivière d'Asco soit contaminée par les déchets / © Grégoire Alcalay


Tractage

 

Tant qu'on arrivera pas à trier les dechets de manière effective, ce sera compliqué de faire un centre de stockage.


Le Syvadec, le syndicat de valorisation des déchets corses, mène actuellement une étude sur la faisabilité du projet.

Il faudra attendre fin décembre pour en connaitre les résultats. Mais pour les élus locaux, le risque est trop important ici : 

 "Si le travail est bien fait, théoriquement il devrait y avoir des déchets verts, tempère Tony Ceccaldi, maire de la commune de Lama. Mais après entre ce qu'on peut dire et ce qui peut se passer, il y a toujours un monde. Tant qu'on n'arrivera pas à trier les dechets de manière effective, ce sera compliqué de faire un centre de stockage."

A Moltifao et ses alentours, la mobilisation va continuer, plus déterminée que jamais. Prochaine étape : une distribution de tracts ce samedi, à Ponte Leccia.     
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Corse-du-Sud : 15 tonnes de verre collectées chaque jour auprès de 200 bars et restaurants

Les + Lus