• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

En Corse, difficile mise en place du prélèvement de l’impôt à la source

© Maxppp
© Maxppp

Après quelques jours de doute et d'hésitation, le Premier Ministre a confirmé que le prélèvement de l’impôt à la source serait bien mis en place en janvier prochain. Les entreprises ont encore quelques semaines pour s'y préparer.
 

Par P.S.

Service comptable dans une clinique de Borgu. Derniers réglages et dernières questions sur la réforme de l'impôt prélevé à la source qui concernera les 90 salariés de l'entreprise.
En Corse, difficile mise en place du prélèvement de l’impôt à la source
Intervenants - Charles Zuccarelli, PDG de la clinique de San Ornello, Me Marie-Paule Dionisi Naudin, avocate fiscaliste // Jean-Pierre Battestini, délégué départemental CGT Finances Publiques (Haute-Corse) Equipe - François-Albert Bernardi, Cassandre Dumain

Le prélèvement de l'impôt à la source est une charge de travail et une responsabilité de plus que Charles Zuccarelli, PDG de la clinique de San Ornello, aurait préféré éviter d'assumer : « nous avons prévu d’assurer cette réforme par la mise en place d’une information de notre personnel et on a aussi été obligés d’investir dans une extension de notre logiciel de paie », explique-t-il.


Taux neutre

Jusqu'au 15 septembre, chaque contribuable peut choisir sur internet la méthode sur laquelle va être calculé son taux d'imposition. Soit sur les revenus du couple, soit individuellement. Mais il est aussi possible d'opter pour un taux neutre, pour en dévoiler le moins possible à son employeur. Pour cela, il faut être vigilant.

« Ce taux est calculé uniquement à partir du salaire et ne tient pas compte des autres revenus, c’est tout l’intérêt. Il faudra donc verser le complément d’impôts lié à ces revenus  l’administration fiscale. Donc il faudra calculer, verser le complément chaque mois, ne pas se tromper, parce que si on ne verse pas assez il y aura une pénalité de retard de 10% », précise Marie-Paule Dionisi Naudin, avocate fiscaliste.

En Corse, plus de 200 postes ont disparu en 15 ans au trésor public. Les fonctionnaires craignent d'être dépassés par la mesure dès sa mise en œuvre.

« Ca va créer d’énormes difficultés, d’autant que dans le département au 1er janvier toutes les trésoreries vont fermer au niveau fiscal, donc les gens vont venir en masse dès le mois de janvier dans les services de Bastia, Corte et Calvi et malgré les efforts des collègues, nous n’aurons pas la possibilité de leur répondre et de corriger leurs erreurs », prévoit Jean-Pierre Battestini, délégué départemental CGT Finances Publiques.

En Corse, plus de 100 000 foyers fiscaux sont concernés. Soit un sur deux. Malgré le prélèvement à la source la déclaration d'impôt annuelle ne disparaîtra pas.


 

Sur le même sujet

Oscaro racheté par la maison mère d'Autodis

Les + Lus