Corse : professionnels recherchent touristes, désespérément

Il faudra attendre un peu avant de pouvoir profiter à nouveau des plages de Cala Longa / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Il faudra attendre un peu avant de pouvoir profiter à nouveau des plages de Cala Longa / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

C'est une équation difficile à résoudre. Les touristes continuent de venir en nombre sur l'île, mais les réservations, dans les hôtels et les campings, sont en chute libre. Alors les touristes sont bien là. Mais où?

Par Sébastien Bonifay

3 millions de visiteurs en 2018...

L'année dernière, la destination Corse affichait une belle santé. 
Elle était la seule région du sud de la France à bénéficier d'un accroissement de sa fréquentation touristique. 

 
L'activité, dans les aéroports de l'île, reste soutenue / © FTV
L'activité, dans les aéroports de l'île, reste soutenue / © FTV


2019 s'annonce moins flambant. 

Le trafic aérien et maritime affiche un petit ralentissement en juillet (-5 % pour les passagers transportés par les airs au 21 juillet), mais rien d'alarmant. 
En juin, il était en hausse. 
Près de 15.000 personnes débarquent chaque jour sur le port de Bastia, les aéroports accueillent entre 45.000 et 60.000 passagers chaque week-end, depuis mi-juillet...

 

 
Et pourtant...
Les touristes sont bien là. Mais où?

C'est avant tout l'hébergement choisi lors des vacances en Corse qui pose question...
Parce que du côté des hôteliers, malgré l'afflux des touristes, on ne voit pas venir grand-chose.

La tendance, sur l'île, on le sait, est plus à l'hébergement bon marché, et au camping. 
La Corse en compte 210, et propose 40% de l'offre d'hébergement. 

Mais cette année, même dans ce secteur, on fait grise mine...
 
ILLUSTRATION/ Les camps de vacances, longtemps complets, accusent le coup cette saison
ILLUSTRATION/ Les camps de vacances, longtemps complets, accusent le coup cette saison

 

Le bateau était bondé, on à mis près de deux heures à embarquer, sur le port de Nice!


Hier soir, Elodie et Anne-Marie ont débarqué de Montpellier sur le port de Bastia, pour rejoindre un camping à la sortie de la ville, où elles ont loué un emplacement pour quelques jours.
Et le récit que fait Elodie de leurs premiers pas sur l'île résument à merveille la situation. "Le bateau était bondé, on a mis près de deux heures à embarquer à Nice. On est arrivés à 23h30 dans le camping, et on a eu aucun problème à trouver un endroit où planter notre tente. On était bien contentes, vu le périple pour arriver jusque là!"
 
Le soleil se lève sur Bastia, un nouveau bateau arrive. Le trafic est incessant, en haute-saison, dans le principal port de l'île.
Le soleil se lève sur Bastia, un nouveau bateau arrive. Le trafic est incessant, en haute-saison, dans le principal port de l'île.


La situation ravit moins les professionnels...

Dans un camp de vacances du cordon lagunaire, qui propose des résidences, des bungalows et de petites villas, on ne comprend pas la baisse subite de fréquentation. 

L'année dernière, ils affichaient complet en juillet et en août. 
Cette saison, les allées sont presque désertes. 
Et les réservations ont chuté de près d'un tiers. 
 

On va avoir du mal à payer le personnel...

 

Même son de cloche au camping Santa-Marina, dans le Cap Corse. 
Sur les 50 emplacements qu'il propose, 19 à peine sont occupés.
Alors que l'on est au coeur de la haute-saison.

Une première en 43 ans d'existence.
 
Dans les campings, la place ne manque pas... / © Viastella
Dans les campings, la place ne manque pas... / © Viastella


Freddy Giuliani, le gérant, voit les semaines passer et se ressembler avec inquiétude... Devant son carnet de réservations, où les trous sont légion, il a du mal à cacher son dépit.
"On a le même personnel pour faire fonctionner le camping que l'année dernière, et les recettes sont deux fois moins importantes!  On va avoir du mal à payer le personnel et si la situation perdure au mois d'août, a terme, elle risque de mettre en jeu l'entreprise elle-même." 
 
Certains, pour faire la différence, proposent des prestations originales, pour séduire le vacancier. 
C'est le cas au camping Aria Marina, un peu plus loin dans le Cap, comme nous le raconte Emma Maurizi, qui y est employée. "Je pense que les gens aiment bien la proximité, ils sont contents d'avoir de bons conseils, c'est important. Mais nous on leur propose une restauration avec la viande de notre exploitation, qu'on élève nous-même, et ils aiment beaucoup."
 
Le camping, c'est en famille... / © ViaStella
Le camping, c'est en famille... / © ViaStella
 

Une nouvelle façon de voyager


Le problème, c'est que les professionnels doivent faire face à une nouvelle forme de concurrence depuis quelques années. 
Particulièrement celle des sites de location d'appartements, au premier rang desquels AirBnB, qui truste le marché. 

Nous avons rencontré une famille de sochaliens qui, depuis 25 ans, rejoint Porticcio chaque été. 
Sans avoir une seule fois dérogé à la tradition. 

Seul changement, en un quart de siècle, le type d'hébergement. 

 
la location plutôt que l'hôtel ou le camping. Une tendance qui se confirme sur l'île comme ailleurs. / © viastella
la location plutôt que l'hôtel ou le camping. Une tendance qui se confirme sur l'île comme ailleurs. / © viastella
 

Depuis deux ans, ils ont opté pour la location de particulier à particulier. Et apparemment, il y a peu de chances qu'ils fassent machine arrière l'été prochain. "Y'a pas de contrainte horaire pour les repas, on peut manger à 14h, à 15h. C'est plus souple que l'hôtel, et c'est quand même plus confortable que le camping. On se lève quand on veut, on se couche quand on veut. C'est la liberté complète !" 

Autour du petit-déjeuner, avec le golfe de Porticcio comme décor, de la grand-mère aux petits-fils, tous sont d'accord. Il leur aura flalu débourser 1500 euros, à huit, pour 15 jours de vacances. 
Soit environ 12 euros par nuit et par personne. 

Difficile de rivaliser, pour les hôteliers de la région, qui proposent une chambre pour deux au tarif de 100 euros la nuit, pour des motels 2 étoiles.
Une note qui peut monter jusqu'à 700, voire 1000 euros, pour les hôtels de luxe.

Les locations, c'est la liberté complète!


Les vacanciers se tournent de plus en plus vers ce type de locations.
Parce qu'évidemment, dans l'équation, il faut prendre en compte le porte-monnaie...

Les tarifs insulaires, de quoi décourager les touristes?

La Corse est chère. Plus chère que sur le continent.
Pour les vacanciers, c'est incontestable.

Muriel est en famille en Corse à Ajaccio. C'est une habituée et pour elle le constat est clair: "Ca a toujours été plus cher, la Corse. Bon c'est normal, on comprend, ca vient du continent...Mais là je trouve que cette année ça a augmenté beaucoup". Sa belle-soeur, attablée devant une pizza sur la route des Sanguinaires, confirme l'impression : "Que ca soit la traversée en bateau, la restauration, l'alimentation, c'est très très cher. Et venir avec une famille, ça donne à réfléchir..."
 

L'antienne est connue, depuis des années...
Mais pour autant, est-ce une réalité?
Les transports, difficile de le nier, sont chers. 
Et pour le prix d'un vol Paris-Bastia aller-retour au mois d'août, on peut rallier n'importe quelle capitale européenne, et même u ou deux autres continents...

Néanmoins, quiconque a tenté de manger une pizza ou de boire un coca à Paris, La Baule ou Juan Les Pins peut en témoigner: les tarifs insulaires sont du même acabit. Pas plus, pas moins chers...
Mais c'est une évidence, les vacances en Corse, pour une famille, ca demande un vrai budget.

Alors en Corse il existe une dernière formule d'hébergement qui a le vent en poupe. 

Les formules tout compris

A Porticcio, à quelques minutes à peine de la villa louée par nos sochaliens, se trouve un complexe touristique imposant.
Qui propose des formules à la semaine, pour environ 160 euros par personne et par jour. 
Et ce système ne connaît pas la crise. 

 
La formule tout-compris, elle, fait le plein. / © viastella
La formule tout-compris, elle, fait le plein. / © viastella

 

Chez nous, les gens savent ce qu'ils vont payer. Du début à la fin. 


95 % des chambres et appartements sont réservés, nous confie Benoit Chaudron. Le gérant de l'hôtel-club Marina Viva connaît très bien le profil de sa clientèle. "Ce sont des familles, qui recherchent une formule tout compris. Les gens viennent et savent ce qu'ils vont payer du début à la fin. la demande c'est cela. Pouvoir bien calibrer le tarif." 

Le problème, c'est que selon le principe des vases communicants, cela fait autant d'argent en moins dépensé dans les restaurants et les commerces alentours.

Le succès de ces formules, c'est l'une des multiples pistes, peut-être, à envisager pour comprendre pourquoi des centaines de milliers de touristes viennent toujours chaque année en Corse, sans que les professionnels du tourisme ne croisent leur route...

 
Fréquentation Porticcio
Intervenants - Benoît Chaudron Gérant de l'hôtel Club Marina Viva Equipe - Laura Brunet, Jacques Paul-Stefani, Dominique Lameta
 
Campings Corse
Equipe - Eloïsa Patricio, Lisa Macineiras, Christophe Gineste

  

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus