Examens 2018
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Corte : la ministre de l’Enseignement supérieur en visite à l’Université de Corse

© Université de Corse/Twitter
© Université de Corse/Twitter

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, s'est rendue à Corte à l'occasion de l'assemblée générale des directeurs des IUT de France qui se déroule cette année sur le campus de l'Université de Corse. Il s'agissait notamment d'aborder les réformes à venir.

Par France 3 Corse ViaStella

La visite de Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur se voulait non-officielle. Pas de programme détaillé, pas de publicité autour de sa venue. Pourtant, hier, vendredi, elle aura passé une bonne partie de la journée à Corte à délivrer la bonne parole du gouvernement en matière de réforme.

Première étape : l’IUT. Son intervention a clôturé l’assemblée générale des directeurs des IUT de France. Seules de problématiques nationales ont été abordées notamment la transformation, en 2019, des DUT. Ces diplômes universitaires technologiques correspondent actuellement à deux années d’études, ils obtiendront un niveau licence.




Une mini révolution. « Trois ans, c’est le niveau internationalement reconnu. Et donc cette constatation que la majorité des étudiants qui sont inscrits dans des DUT continuent leurs études au-delà du DUT », précise Frédérique Vidal.

Discussions à huis clos


Deuxième temps de la visite, pour des problématiques locales la rencontre est informelle, sans étudiant, sans syndicat, mais avec son ami universitaire Paul-Marie Romani. C’est l’occasion de faire un premier bilan de la réforme Parcoursup dans une université qui l’a accueillie sans conflit.

S’en est suivie, enfin, une réunion à huis clos pour préparer la future discussion sur la convention tripartite : État, université, collectivité de Corse. « On a beaucoup parlé cet après-midi de la notion de transdisciplinarité. Comment toutes les disciplines s’intéressent à des sujets de recherche qui à la fois rayonnent au niveau international en termes de recherche académique, mais se pensent aussi au service d’un territoire », reprend la ministre de l’Enseignement supérieur.




« Je crois qu’elle nous aidera parce qu’elle sent qu’il se passe des choses ici. Elle le ressent comme ça, elle nous l’a dit. Et je pense qu’on aura un dialogue avec l’État qui sera largement positif », estime Paul-Marie Romani. La discussion officielle sur le renouvellement de la convention aura lieu le 24 mai. Cette fois, c’est le ministre de l’Éducation nationale qui fera le déplacement et il sera accueilli par l’exécutif de Corse.


A lire aussi

Sur le même sujet

Corse - Appel à la mobilisation pour la journée mondiale du don de sang

Les + Lus