L'Université de Corse … peut mieux faire

Le haut conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur a rendu ses conclusions. Si son rapport souligne des réussites au sein de l’université Pascal Paoli, il pointe aussi plusieurs faiblesses.

L'Université de Corte (Haute-Corse)
L'Université de Corte (Haute-Corse) © REMY LE MORVAN / MAXPPP
Un congrès de l’organisme les centres de langues dans l’enseignement supérieur s’est ouvert à l’université Pascal Paoli. Un établissement félicité dans un récent rapport pour ses choix pédagogiques. « Sur le plan de la recherche, ce qui a été décidé il y a une dizaine d’années,

une recherche qui est spécialisée sur des niches particulières, qui sont des niches d’importance […] les énergies renouvelables, le numérique, les ressources naturelles, les incendies de forêt. Donc de ce point de vue il y a une reconnaissance de notre travail », indique Paul-Marie Romani, président de l'Université de Corse.

durée de la vidéo: 01 min 50
L'Université de Corse … peut mieux faire


Notoriété relative


Des recherches appuyées par des organismes nationaux comme le CNRS ou l’Inserm mais peut connues à l’international. Un centre de langue prévu pour septembre prochain tentera d’y remédier. « Ça va être un lieu d’échanges, de vie, de toutes les langues mises à disposition de l’étudiant.

Mais des nouvelles langues sont aussi présentes sur les campus par le biais des étudiants notamment. C’est vraiment un projet pour l’étudiant, un espace de vie et d’échanges et de liberté. On ne sera pas dans la configuration laboratoire de langue. Mais on fonctionnera plutôt par projet
», précise Stéphanie Mac Gaw, responsable de la politique des langues à l'Université de  Corse.

Les étudiants, eux, apprécient souvent leur université malgré ses faiblesses et sa notoriété très relative. « Je sais qu’elle n’est pas vue comme l’une des meilleures universités. Moi en tout cas j’y suis très bien, je comprends tous mes cours, mes profs sont biens. Et puis je n’avais pas envie de partir sur le continent. J’avais besoin de rester ici », livre Anne-Marie Bianconi, étudiante en 1ère année d'infocom.

Des étudiants qui  bénéficient à Corte d’un accompagnement vers l’emploi notamment en alternance que beaucoup d’établissement pourraient leur envier sur le continent.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société