Université de Corse : des stages à l’étranger pour nourrir le tissu économique insulaire 

Des étudiants de l'Université de Corse s'apprêtent à s'envoler vers l'Australie, la Chine ou le Cambodge. La licence commerce international de l'IUT de Corte leur impose trois mois de stage à l'étranger. Une expérience enrichissante pour ces jeunes, mais aussi pour les entreprises insulaires.
© Guillaume Leonetti / FTVIASTELLA
Marion, Julia, Kevin sont les managers de demain. Tous sont en licence commerce international à l'IUT de Corte : un premier pas vers le monde.

Dans le cadre de cette formation bilingue anglais, ces jeunes s'apprêtent à réaliser un stage d’au moins trois mois à l'étranger.

Pour Marion, ce sera le Viêtnam. « Je suis dans une entreprise de marketing digital. J’ai plusieurs missions comme faire de la prospection client, gérer les réseaux sociaux de plusieurs entreprises, des grands groupes français ou vietnamiens. Et après, on verra sur les tendances actuelles et les missions que me confiera mon chef d’entreprise », explique-t-elle. 

Ces stages sont entièrement pris en charge par l'IUT qui trouve les entreprises pour accueillir les jeunes à Phnom Penh, Londres ou Shanghai et finance leur voyage et leur séjour grâce à des bourses. 
 

Inscriptions ouvertes


Enrichissantes pour les étudiants, ces expériences doivent aussi nourrir le tissu économique insulaire. « Comme c’est un territoire qui a vocation à se tourner vers des échanges internationaux, la Corse en a besoin. Nous, nous favorisons la formation des étudiants en ce sens. Par le biais de cette licence à l’international, nous formons les étudiants aux échanges internationaux. Le but est de créer des entreprises locales qui auront des échanges internationaux », précise Jean-Louis Canaletti, directeur de l'IUT Corsica. 

 
Université de Corse : des stages à l’étranger pour nourrir le tissu économique insulaire 


Ce cursus vit sa deuxième promotion. Les inscriptions à la troisième sont déjà ouvertes, et encore possible, l'IUT prévoit une cinquantaine de demandes pour une quinzaine de places seulement.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société entreprises économie