Haute-Corse : qui reprendra les eaux d’Orezza ?

A Rapaggio source des eaux d'Orezz, propriété de la collectivité de Corse est gérée par un contrat de délégation de service publique avec une société privé. Ce contrat touchera bientôt à sa fin. / © OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
A Rapaggio source des eaux d'Orezz, propriété de la collectivité de Corse est gérée par un contrat de délégation de service publique avec une société privé. Ce contrat touchera bientôt à sa fin. / © OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP

Les eaux d'Orezza font partie du paysage économique de Corse. La source, propriété de la collectivité de Corse est gérée par un contrat de délégation de service publique avec une société privé. Ce contrat touchera bientôt à sa fin et le site pourrait être très convoité dans les prochains mois.
 

Par P.S.

15 millions de bouteilles sortent de la chaîne de production des eaux d’Orezza chaque année. En 2000, seulement 1 million d'unités étaient produites.

Deux ans plus tôt, la famille Mora reprenait l'activité, alors que les eaux d’Orezza n’étaient plus exploitées. Une réussite pour une entreprise installée en plein cœur de la Castagniccia.

« Aujourd’hui on est quand même très satisfaits du résultat. Même s’il reste beaucoup de choses à faire. Même si tout seul on ne pourra pas tout faire, on ne pourra pas sauver le rural. On est une entreprise privée avec nos contraintes, nos marchés. Il faut imaginer que dès qu’on sort de Corse on a en face de nous des multinationales qui sont Nestlé ou Danone », déclare Jean-Louis Rossi, directeur de la société des eaux d'Orezza.

A fin de l'été prochain, la DSP (délégation de service publique) qui régit l'exploitation de la source arrivera à son terme.

D'ici là, la Collectivité de Corse devrait rédiger un nouveau cahier des charges pour les potentiels candidats à la prise ou la reprise de l'exploitation.

Deux réunions ont eu lieu sur place pour écouter les attentes des acteurs économiques ou associatifs de la microrégion.

« On nous a demandés, en tant qu’acteurs de terrain, comment les eaux d’Orezza pourraient nous aider à nous développer », explique Sylvain Gianecchini, de l’associu di A fiera di a Bocca à u Pratu.

La commission du développement économique et du territoire est chargée de remettre un rapport sur les perspectives d'avenir des régions d'Orezza et d'Ampugnani.

« On a un rôle simplement consultatif, on va écouter les acteurs du territoire, ils vont nous dire quelle est la situation actuelle, comment ils verraient la situation ultérieure, peut-être plus profitable au territoire », précise Nadine Nivaggioni, présidente de la commission du développement économique et du territoire.

Une fois les différents rapports remis à l'exécutif, celui-ci établira si c'est son choix un nouveau cahier des charges avant lancer les appels d'offres pour la gestion des eaux d'Orezza.
Haute-Corse : qui reprendra les eaux d’Orezza ?
Intervenants -Jean-Louis Rossi, directeur de la société des eaux d'Orezza // Sylvain Gianecchini, associu di A fiera di a Bocca à u Pratu // Nadine Nivaggioni, présidente de la commission du développement économique et du territoire Equipe - François-Albert Bernardi, Daniel Bansard

Plus d'une douzaine d'entreprises locales ou extérieures seraient sur les rangs pour reprendre le site.
 

Sur le même sujet

Les + Lus