Plaine orientale : un homme en garde à vue s'échappe par la fenêtre de la gendarmerie

Le sexagénaire, soupçonné de violences conjugales, a profité d'un moment d'inattention pour se glisser hors de la gendarmerie par la fenêtre, avant de s'évanouir dans la nature. Un important dispositif de recherche a été mis en place pour le retrouver. 

Le grillage, endommagé, qu'a franchi le sexagénaire durant sa fuite
Le grillage, endommagé, qu'a franchi le sexagénaire durant sa fuite © Christian Giugliano
Echapper à la vigilance de son gardien en sautant par la fenêtre, avant d'être poursuivi, dans les bois, par les gendarmes...
L'histoire semble tout droit sortie d'une scène du théâtre de Guignol.
Mais elle ne prête pas à rire. 
L'homme, qui est actuellement activement recherché dans la région par les autorités, comme nous l'a confirmé ce matin le procureur de la République de Bastia Arnaud Viornery, n'est pas vraiment un personnage de comptine enfantine. 

Violences conjugales

C'est dans le cadre d'une enquête pour violences conjugales sur son ex-femme et séquestration qu'il avait été arrêté mardi matin et emmené à la gendarmerie de Ventiseri, à Travo, pour être entendu.

Après deux semaines de cavale. 
Les faits pour lesquels l'homme, âgé de 60 ans, avait été placé en garde à vue, se sont déroulés au mois d'août.
Ce n'est pas la première fois que de tels faits lui sont reprochés.

Une coupable inattention

On ne connaît pas encore les circonstance exacte de cette surprenante évasion. Mais il semblerait, toujours selon le parquet de Bastia, que les faits se soient déroulés à la faveur d'une inattention du gendarme qui était chargé de l'interroger. 
Il était aux environs de 19 heures.
L'évasion aurait été rapide, et se serait passée sans violences.
L'homme en fuite, âgé de 60 ans, est considéré comme dangereux par la gendarmerie, qui nous a communiqué sa photo pour un appel à témoins, et demande d'appeler le 17
L'homme en fuite, âgé de 60 ans, est considéré comme dangereux par la gendarmerie, qui nous a communiqué sa photo pour un appel à témoins, et demande d'appeler le 17 © Gendarmerie nationale
On imagine sans peine l'inquiétude de l'ex-femme du fugitif, et de sa famille. 
Ils se trouvent dans un endroit tenu de secret, mais la protection judiciaire qui a été demandée à la justice leur a été refusée. 

Un appel a témoin a été lancé, avec une photo du fugitif. 
Il est demandé à quiconque croiserait sa route de ne pas intervenir mais de composer le 17. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers