Fait divers : Barthelemy Casanova tué par balle dans un établissement de nuit de Corte

Publié le Mis à jour le

Barthélemy Casanova a été tué dans une boîte de nuit du centre-ville. Le conseiller municipal cortenais est décédé avant de pouvoir rejoindre l'hôpital de Bastia. Une enquête de flagrance pour meurtre a été ouverte. 

Selon Caroline Tharot, procureur de la république de Bastia, les faits se sont déroulés à l'An 2000, une boîte de nuit du centre de Corte, fréquentée par de nombreux étudiants. 



Barthélemy Casanova s'y trouve pour célébrer le début de la campagne de l'équipe municipale sortante.

Il est un peu plus de 4 heures du matin lorsque le conseiller municipal prend part à une dispute qui se serait envenimée rapidement et aurait dégénéré en bagarre. 



Etait-il concerné au premier chef par ces tensions, ou bien a-t-il, comme le supposent plusieurs connaissances que nous avons rencontrés dans les rues de Corte, tenté de s'interposer dans un conflit auquel il était étranger ?

 



La rixe, quoi qu'il en soit, a pris fin de manière tragique, puisque le conseiller municipal, âgé de 39 ans, est blessé par balle à la tête. 

Les secours interviennent mais malheureusement, la gravité des blessures entraîne la mort de la victime avant qu'elle puisse être évacuée en hélicoptère vers l'hôpital de Bastia. 

 



Une enquête de flagrance pour meurtre a été ouverte et confié à la section de recherches.

L'auteur présumé aurait été identifié, il est activement recherché par la gendarmerie.



Barthélemy Casanova est issu d'une famille bien connue de la région cortenaise. 

Il était le petit-neveu du maire, Tony Sindali.







  Les faits se sont déroulés à quelques mètres de là, dans une discothèque du centre-ville, à quelques mètres de ce carrefour qui mène du centre-ville à l'Université.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité