La baisse des dotations d’Etat passe mal auprès des communes

Un décret de l'Etat vient d'officialiser l'annulation de près de 300 millions d'euros de soutien à des projets de proximité comme les contrats de ruralité. Un coup dur pour certaines communes qui doivent retarder voir annuler certains projets.

Par A.P.

A Sisco, un contrat de ruralité a été signé lundi pour mettre en place des navettes entre les hameaux en montagne et la marine, située à 7 kilomètres. Problème : l’Etat a annoncé jeudi la baisse des dotations aux collectivités.

Or pour le maire, Ange-Pierre Vivoni, l’argent public était indispensable à son projet.

La baisse des dotations d’Etat passe mal auprès des communes
Intervenants : Léandre Casamata, habitant de Sisco / Ange-Pierre Vivoni, maire (PS) de Sisco / Jean-Félix Acquaviva, député de la Haute-Corse / Dominique Cervoni maire (SE) de Luri. Reportage : Youenn Gourlay, Laura Zephirin

Le décret prévoit une baisse globale de 259 millions d’euros. Il s’inscrit dans la volonté de l’Etat d’économiser 13 milliards d’euros sur 5 ans au niveau local.


La centralisation de l’Etat fait débat


Mais pour Jean-Felix Acquaviva, député de Haute-Corse, la mesure ne passe pas :

Il y a une inquiétude. On peut objecter que c’est parce que les opérations ne vont pas assez vite. Mais comment l’Etat de Paris peut savoir le rythme de mobilisation d’une commune engagée dans un contrat de ruralité, située dans le Cap, à l’Oriente, dans le Fiumorbu, en Balagne ou ailleurs ? C’est une recentralisation des choses et ça ne va pas du tout.


Mais la centralisation ne fait pas que grincer des dents. Certains, comme le maire de Luri, Dominique Cervoni, veulent relativiser : « On peut comprendre qu’il y ait toute une stratégie de redéfinition du fonctionnement de la mission administrative sur l’ensemble du territoire. Elle doit être assurée sur un territoire plus large que par les communes seules avec de moins en moins de moyens et de possibilités humaines. »

Mais après la suppression de la taxe d’habitation, certains maires  vont devoir revoir leur budget à la baisse prioriser leurs projets.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus