Les boîtes au grand coeur en Corse : ""On n'imaginait pas que ça prendrait une telle ampleur"

Tout a commencé sur un coup de tête, fin novembre. Quatre amies de la région bastiaise lancent La boîte au grand coeur 2B. L'idée, demander aux Corses de confectionner des boîtes cadeau pour les plus démunis. Le succès est spectaculaire, et l'initiative a essaimé à travers toute l'île.
Les paquets cadeaux s'accumulent dans les points de récolte
Les paquets cadeaux s'accumulent dans les points de récolte © Sébastien Bonifay

- "Il te reste de la place dans la voiture ? 

Stéphanie, les bras chargés de paquets cadeaux, se dirige vers le parking de la boulangerie. La nuit est tombée depuis plus de deux heures sur Borgo. C'est le soir, après le boulot, qu'elle retrouve ses amies pour collecter ce que toute la Corse, depuis quelques semaines, connaît sous le nom de "boîtes au grand cœur". 

Anne, elle, est restée à l'intérieur, et trie les paquets. Elle en laisse toujours quelques-uns sur place, pour que les futurs donateurs repèrent facilement le point de collecte.
Plusieurs heures par jour, Stéphanie et ses amies s'occupent des Boîtes au grand coeur
Plusieurs heures par jour, Stéphanie et ses amies s'occupent des Boîtes au grand coeur © Sébastien Bonifay

Des centaines de boîtes déjà récoltées

Les coffres et les sièges arrière chargés à ras-bord, elles mettent sur le cap sur l'entrepôt dans lequel, quelques kilomètres plus loin, elles déposent chaque jour les nouveaux paquets. "La dernière fois qu'on a compté, on était à plus de 300. Pour la région bastiaise. On va largement dépasser les 500. Et dans les autres régions, c'est pareil", confie Stéphanie en se glissant derrière le volant. 

Anne donne un coup de clé à la porte du point de collecte, en secouant la tête, un sourire sur les lèvres. "C'est un truc de fous, quand même..."

Quelqu'un a déposé 40 paires de chaussures à l'école de Borgo !

Rien, en effet, n'avait préparé Anne, Audrey et les deux Stéphanie, quatre copines bastiaises, à un tel succès.

Après la collecte, il faut transporter les paquets jusqu'à l'entrepôt où ils seront gardés jusqu'à Noël
Après la collecte, il faut transporter les paquets jusqu'à l'entrepôt où ils seront gardés jusqu'à Noël © Sébastien Bonifay

Tout a commencé le 19 novembre dernier. L'une d'elles voit passer, sur les réseaux sociaux, un post qui la touche. Sur le continent, une association fait appel à des dons, sous forme de boites de cadeaux, qu'elle redistribue aux gens dans le besoin.

Un démarrage en trombe

Elle partage la publication Facebook, comme elle le fait souvent. Et tout va s'enchaîner. "Je me souviens, c'était un jeudi matin, à 9 heures. Les filles ont vu le post, et on s'est dit : "pourquoi on ne le ferait pas, nous ?" Ca a vraiment démarré sur un coup de tête..."

Bonjour 👋 Nous avons trouvé l'idée chez Le Comptoir des Utopies - à table en conscience génial, alors nous avons voulu...

Publiée par La boîte au grand cœur 2B sur Jeudi 19 novembre 2020

A 10h30, la page sur Facebook était créée, "et à midi, on croulait sous les propositions de points de collecte", se souvient Anne. Stéphanie acquiesce. "On a été obligées d'en refuser, parce qu'après, il faut passer récupérer les colis, et très vite, on s'est dit qu'à quatre, avec nos familles et nos boulots à gérer, ça allait vite devenir compliqué !"

Bureaux de tabac, pizzeria, épiceries, pharmacie, école, bureau de poste, boutique, bibliothèque ou office du tourisme, de Ersa, tout en haut du Cap Corse, à Ventiseri, dans le Fium'Orbu, en passant par Corte, au centre de l'île. 

Pizza Niulinca, à Bastia, l'un des nombreux points de collecte mis en place
Pizza Niulinca, à Bastia, l'un des nombreux points de collecte mis en place © DR

Et ce n'est qu'un début. Très vite, l'extrême-sud, Ajaccio ou la Balagne reprennent l'idée, et lancent leur propre collecte. 

Une semaine de décontamination

Partout, les paquets cadeaux s'amoncellent. "Jamais on imaginait que ça prendrait une telle ampleur... Mais y a tellement de misère !" constate Stéphanie.

Anne dépose les derniers paquets sortis de sa voiture. "J'ai oublié de vous dire ! Quelqu'un a déposé 40 paires de chaussures à l'école de Borgo village. Je sais pas comment on va faire, par rapport aux pointures..."

"On les donnera au foyer des SDF, eux, ils sauront quoi en faire, et ils pourront les distribuer correctement", propose son amie. 

Les deux Stéphanie se sont occupées de lister les associations. Fratellanza, Isatis, l'association Partage, les restos du Cœur, les foyers de Furiani et de St Joseph...
"Ce matin, la CAF nous a encore donné trois noms d'associations. Et s'il nous reste des paquets cadeaux, on démarchera les Ehpad. On a déjà contacté des infirmières", explique Anne.   

Le plus dur : faire en sorte que personne ne soit lésé.
Le plus dur : faire en sorte que personne ne soit lésé. © Sébastien Bonifay

Les quatre amies ont demandé de respecter un certain nombre de règles. 

Histoire de ne léser personne, lorsque deux bénéficiaires, dans un foyer, ouvriront leur paquet cadeau l'un à côté de l'autre. 

Anne met une boîte de côté. En la portant à la voiture, elle a constaté qu'elle était plus lourde que les autres. 
"On est obligés d'être vigilantes. Certains se sont montrés très généreux, ce qui est formidable. Mais nous, après, on est obligé de refaire des boîtes, en répartissant le trop-plein..."
Les donateurs personnalisent leur boîte avec un petit mot
Les donateurs personnalisent leur boîte avec un petit mot © Sébastien Bonifay
Dans la boîte, deux paires de chaussettes, 3 savonnettes, des sachets de canistrelli, un très gentil mot, mais pas de loisir. Il faudra repenser la boîte. 

Une organisation sans failles


Anne, les deux Stéphanie et Audrey ne s'en plaignent pas, et continuent d'être ravies de la générosité des Corses. Mais elles étaient loin de mesurer l'ampleur de la tâche que constituent Les boîtes de Noël.

C'est un truc de fou...

Mettre en place une logistique qui couvre la moitié de la corse en quelques heures, collecter les paquets, les réunir, contrôler les boîtes les plus volumineuses, les repenser, trouver d'autres boîtes de chaussures, refaire les paquets cadeaux, trouver les bénéficiaires, lister leurs bénéficiaires...

Sans oublier le Covid19.
La récolte s'arrêtera le 13, pour que les boîtes bénéficient d'une semaine de décontamination. "Les boîtes seront emmenées dans les foyers et les centres ce jour-là, et elles ne seront distribuées que le 20."

Les hommes bien plus nombreux que les femmes

"On s'est rendus compte qu'il y avait beaucoup plus d'hommes que de femmes, alors on met l'accent sur les boîtes mixtes et les boîtes à destination des hommes. Ca va être un casse-tête, ça aussi... Imaginez si dans un foyer, on n'a pas le bon nombre de boîtes pour hommes et pour femmes... Comment on fait au moment de l'ouverture des paquets ?"
A Ersa, comme partout en Corse, les insulaires préparent leurs cadeaux pour les nécessiteux.
A Ersa, comme partout en Corse, les insulaires préparent leurs cadeaux pour les nécessiteux. © Sébastien Bonifay
Stéphanie hausse les épaules, et sourit. Avec ses trois amies, ça ne lui fait pas peur. Elles trouveront des solutions. Le principal, c'est que des gens qui, chaque année, passent Noël dans le dénuement et la solitude, sachent que, cette fois-ci, quelqu'un a pensé à eux. 

Retrouvez toutes les informations pratiques sur la page facebook Les boîtes au grand coeur 2B.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël événements