François-Marie Cornu, le juge qui en disait trop

Le juge François-Marie Cornu, dans les couloirs du palais de justice de Bastia (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA
Le juge François-Marie Cornu, dans les couloirs du palais de justice de Bastia (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA

En charge des dossiers d'assassinats de la plaine orientale, François-Marie Cornu a été sanctionné et dessaisi car le magistrat estimait que ses enquêtes étaient sabotées. Pour s'en être ouvert, le Conseil supérieur de la magistrature a blâmé le juge Bastiais.

Par GB / France 3 Corse ViaStella

Dans les couloirs du palais de justice de Bastia, le juge Cornu traîne son ennui. L'ancien magistrat instructeur, blâmé par sa hiérarchie, juge désormais de petites frappes.

Le 12 juillet dernier, sous les lambris du Conseil supérieur de la magistrature à Paris, là où se font et se défont les carrières des magistrats, le sort de François-Marie Cornu est scellé.

Dans un rapport de 40 pages, le rapporteur Alain Vogelweith éreinte son collègue. Il lui reproche d'avoir porté atteinte à l'image de l'institution judiciaire.

Avant d'être sanctionné, le juge Cornu travaillait au troisième étage du palais de justice de Bastia, l'étage des juges d'instruction, celui des affaires criminelles.

Parmi elles, les assassinats qui ensanglantent la plaine orientale depuis dix ans. Le juge Cornu tente d'élucider le double homicide de Jo Sisti et Jean-Louis Chiodi en avril 2012. L'enquête des gendarmes piétine. Le magistrat s'impatiente.

En février 2015, le magistrat couche ses doutes sur une lettre de quatre pages adressée au patron de la gendarmerie. Le juge pense que les gendarmes font preuve d'inertie.

Il se dégage une volonté, de mon point de vue délibérée, de traiter Olivier Sisti, (...) d'une façon différente de tout justiciable sur le territoire national


Le juge pointe l'attitude des enquêteurs vis-à-vis d'Olivier Sisti, un temps soupçonné dans trois assassinats, puis mis hors de cause et lui-même victime de cinq tentatives d'homicide

Les avocats de la partie civile n'hésitent pas à mettre en cause le travail des enquêteurs, ce qu'ils réfutent, préférant dénoncer l'absence de directive du juge Cornu, selon eux, totalement dépassé par la situation.

Aller plus loin le dossier d'Henri Mariani et Guillaume Leonetti
François-Marie Cornu, le juge qui en disait trop
Marie-Jeanne Oddy, vice-présidente Union Syndicale des magistrats; Caroline Peres-Canaletti, avocate d'Olivier Sisti; Jean-Sébastien De Casalta, avocat de Félicia Sisti; Eric Barbolosi, avocat des parents de Jean Leccia  - France 3 Corse ViaStella  - Henri Mariani, Guillaume Leonetti

Sur le même sujet

Fouille à nu

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne