Le Corse Marc'Andria Maurizzi devient le plus jeune Grand Maître International de l'histoire des échecs français

C'est un coup de tonnerre dans le monde des échecs. A tout juste 14 ans, Marc'Andria Maurizzi détrône Etienne Bacrot, et devient le plus jeune Grand Maître International de l'histoire de la discipline en France.

Marc'Andria Maurizzi, plus jeune Grand Maître International d'échecs.
Marc'Andria Maurizzi, plus jeune Grand Maître International d'échecs. © DR

Prodige, surdoué... On savait bien qu'on finirait par manquer de qualificatifs. On garde encore génie sous le coude. On se dit qu'à cette allure, on risque d'en avoir besoin dans les mois et les années à venir. 

Depuis des années, le jeune Bastiais accumule les médailles, les titres et les records. A dix ans, il était champion d'Europe. A douze ans, il devenait le joueur le plus jeune  à être sélectionné dans une équipe nationale adulte. Dans la foulée, il devenait l'un des plus jeunes Maîtres internationaux de tous les temps.

Marc'Andria Maurizzi, le titre, et la coupe en main
Marc'Andria Maurizzi, le titre, et la coupe en main © Chartres Echecs

De record en record

La suite semblait logique. A un moment où à un autre, il finirait bien par devenir Grand Maître International. C'est ce qui s'est passé, au tournoi des Grands Maîtres de Chartres, cette semaine. Avec un score de 6,5/9, il a été sacré Grand Maître. Mais pour Marc'Andria, évidemment, ce n'était pas suffisant. Alors tant qu'à faire, autant le devenir en battant un nouveau record. 

A 14 ans, il est désormais le plus jeune joueur d'échecs ayant reçu ce titre ! Nul, en dehors des pratiquantes et des pratiquants de cette discipline, ne peut mesurer l'étendue de l'exploit. 

Un exploit inédit

Lui n'a pas l'air plus épaté que ça, même si, à l'intérieur, ça doit bouillonner. Un grand joueur d'échecs ne se laisse jamais submerger par ses émotions. Le contrôle, toujours. 

Alors quand il nous raconte tout ça, c'est comme s'il nous racontait une après-midi à disputer une ou deux parties avec ses potes à l'école de Toga, où il a appris à jouer.

Et quand il prononce l'intitulé de son titre, face à la webcam, il parle un peu moins fort, comme s'il s'excusait presque de tout le ramdam que ces dernières victoires sont en train de provoquer...

C'est aussi ça, la marque des grands champions. Etre fier, mais humble. En gardant toujours à l'esprit que des défis, il y en aura d'autres. Et des records aussi. 

Marc'Andria, on garde "génie" bien au chaud, à portée de clavier, et on hâte de voir la suite. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets