• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Guet-apens à l'aéroport de Bastia: un empoisonnement également planifié

Vue partielle prise le 22 avril 2017 du centre pénitentiaire de Borgo, près de Bastia (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA
Vue partielle prise le 22 avril 2017 du centre pénitentiaire de Borgo, près de Bastia (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA

Après le double assassinat fin 2017 à l'aéroport de Bastia-Poretta, l'empoisonnement d'au moins un détenu était également planifié, un projet criminel auquel aurait participé une surveillante du centre pénitentiaire de Borgo, selon des informations de L'Obs.

Par GB / France 3 Corse ViaStella

C'est en décryptant les téléphones des membres du commando soupçonnés de l'assassinat de Tony Quilichini et Jean-Luc Codaccioni en décembre 2017 à l'aéroport de Bastia-Poretta, que les enquêteurs ont mis au jour au moins deux nouveaux projets d'homicides, rapporte L'Obs.

Une surveillante du centre pénitentiaire de Borgo aurait ainsi été recrutée pour empoisonner un détenu. D'après ces conversations téléphoniques interceptées, Christophe Guazzelli, soupçonné d'être aussi le tireur de l'aéroport, aurait donné ses ordres à la gardienne de prison.

"C'est un pot transparent avec un capuchon bleu. Ne touche pas avec tes mains, n'ouvre pas le pot, prends des précautions, la poudre est un poison mortel."

Selon les enquêteurs, ce fils de l'un des membres fondateurs du gang de la Brise de Mer aurait prévu de se débarrasser de deux membres d'un clan adverse, Stéphane Lucciani, incarcéré à Borgo et Fréderic Federici, emprisonné à Toulon.

En échange, la surveillante pénitentiaire aurait touché 200.000 euros, si le projet avait abouti.

Guet-apens mortel à l'aéroport de Bastia: un empoisonnement également planifié

Une enquête sur fond de guerre des clans

Dans le cadre de cette enquête sur le double assassinat de Jean-Luc Codaccioni et Antoine Quilichini, menée par l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLO) et la direction régionale de la police judiciaire d'Ajaccio, une vingtaine de personnes ont été interpellées ou extraites de cellules en Haute-Corse et à Marseille courant juin.

Parmi elles, figure Jacques Mariani, autre héritier de la Brise de mer. Incarcéré pour extorsion de fonds en bande organisée, il a été extrait de la prison des Baumettes pour être entendu par les enquêteurs.

Sept personnes ont été mises en examen dans cette enquête ouverte pour "assassinat en bande organisée et tentative d'assassinat en bande organisée" : Christophe et Richard Guazzelli, Christophe Andreani, Ange-Marie Michelosi, Hafid Bekouche et Joseph Menconi, tous bien connus des services de police et de justice.

Une surveillante de la prison de Borgo a également été mise en examen pour "complicité d'assassinat".

Mardi 5 décembre en fin de matinée, Jean-Luc Codaccioni et Antoine Quilichini avaient été la cible d'un guet-apens sur le parking de l'aéroport de Bastia-Poretta.

Antoine Quilichini avait été tué par balles sur le coup. Il était venu chercher Jean-Luc Codaccioni, qui détenu à la maison d'arrêt de Borgo, revenait d'une permission de sortie. Grièvement blessé, il avait été transporté à l'hôpital de Bastia où il était décédé.

A lire aussi

Sur le même sujet

Comment est utilisé le fonds social européen en Corse ?

Les + Lus