Clubs de sport en Corse : une reprise au cas par cas

Malgré le déconfinement, la majeure partie des clubs de sports reste fermée en Corse. Certaines structures ont pu ouvrir mais sous conditions.
Depuis mardi, les moteurs des kartings résonnent à nouveau dans la plaine de Tavaco, en Corse-du-Sud.
 
Karting

C’est une reprise sous conditions. Des discussions avec la Préfecture de Corse ont permis de mettre en place "un protocole sanitaire" de redémarrage. Si de fait, l’activité se pratique exclusivement en extérieur, il a quand même fallu apporter quelques modifications aux "habitudes".

"Nous avons crée, en quelque sorte un parcours, déclare Pierre Boi, le responsable du Karting de la Gravona. On arrive dans la structure d’un côté. On repart d’un autre. Personne ne se croise."

Quatre salariés sont présents en même temps. Deux sont dédiés à l’accueil des pratiquants. Deux à leur prise en charge sur la piste. Car là aussi, les mesures ont été renforcées. Pas plus de dix participants.

"Nous demandons aux adeptes de se munir, de préférence, de leur casque et de leurs gants, poursuit Pierre Boi. S’ils n’en ont pas, le système de prêt existe toujours. Le matériel fait l’objet d’une désinfection minutieuse après chaque utilisation. Il en est de même pour les kart."
 

Le responsable de la structure avoue qu’il a fallu tout repenser. "C’était la condition sine qua non pour pouvoir repartir."

Mais la reprise est nécessaire. Depuis le début de la crise sanitaire, les cinq salariés de l’entreprise étaient en chômage partiel.

"On redémarre, mais avec quelles perspectives ? Je ne sais pas, ajoute Pierre Boi. Cette semaine, on a eu des demandes. On espère qu’il y aura plus de monde ce week-end. L’été, principalement au mois d’Août, 65% des pratiquants sont des touristes. Le chiffre d’affaire réalisé pendant la saison estivale nous permet de maintenir le karting de la Gravona ouvert toute l’année. Là c’est l’inconnu. Peut être que je serai obligé de fermer deux mois cet hiver. C’est trop tôt pour le dire."
 

Autre lieu. Autre sport. Mais toujours une reprise encadrée par des règles sanitaires strictes. Le Squash Loisir Balagne à l’Ile Rousse a rouvert ses portes…en extérieur et a minima.

La structure est plus connue pour les résultats de ses licenciés dans les compétitions nationales et internationales de squash (Antoine-Camille Petrucci, Antonin Romieu). Mais elle propose, parallèlement des cours de fitness (pilates, speed bike, cuisse abdo fessiers, zumba).

L’espace dédié au squash (3 courts) est désert pour le moment. Cette activité, à part pour les sportifs de haut niveau, reste à l’arrêt. Les 60 élèves de l’école de squash et les 40 pratiquants adultes sont donc toujours "au chômage".
 

Arrêt forcé et prolongé également pour les adeptes de la zumba. En revanche, les autres disciplines à nouveau praticables sur une terrasse à ciel ouvert.


"Nous avons réfléchi à une autre organisation", déclare Xavier Romieu, un des salariés de la structure. Gel hydroalcoolique obligatoire pour les chaussures et les mains à l’arrivée. Chaque participant dispose de matériel (tapis, élastiques, poids) qui lui est attribué. Après les cours, il est entreposé dans des sacs nominatifs."
 

L’espace a été délimité. Chacun dispose d’un périmètre de 4 mètres carré. Les cours sont limités à dix participants. La structure propose désormais, si la demande se fait sentir, deux cours quotidien (au lieu d’un) de pilates ou de speed bike. 

"Pour éviter tout souci, poursuit Xavier Romieu, on a modifié notre façon de fonctionner. Désormais, pour participer à un cours, il faut au préalable s’inscrire sur un créneau horaire. Avant chacun venait quand il le souhaitait sans prévenir."

Depuis le début de la semaine, 30 des 80 pratiquants réguliers du fitness sont revenus. "C’est bien pour une première semaine, reconnaît Corinne Guidoni, professeure de fitness". "Et puis, ils sont revenus avec un sourire encore plus prononcé qu’à l’accoutumée, rajoute Xavier Romieu. Le plaisir de se retrouver, même sous conditions."

La suite. "On verra bien, conclut-il. Au mois d’août, on a souvent des touristes qui prennent un abonnement à la carte, qui louent un court de squash. Là, l’avenir nous le dira."



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société sport loisirs sorties et loisirs