Municipales à l'Ile-Rousse : Angèle Bastiani face à Jean-Jo Allegrini Simonetti

La candidate de l'opposition a devancé le maire sortant, de près de 4 % au premier tour. Et compte faire fructifier cette avance. Reste à savoir où iront les suffrages de Michel Frassati, qui s'est retiré de la course...
ILLUSTRATION - L'Ile Rousse, perle de la Balagne (Haute-Corse)
ILLUSTRATION - L'Ile Rousse, perle de la Balagne (Haute-Corse) © FTVIASTELA

Michel Frassati a réalisé un score de 12,91 % le 15 mars dernier. 
Avant de se retirer de la course dans la foulée, malgré un chiffre qui lui permettait de se maintenir au second tour. 

Les 239 voix qu'il avait réunies derrière son nom sont précieuses pour les deux candidats restants, Jean-Jo Allegrini-Simonetti et Angèle Bastiani

Le premier, maire depuis 2003, a plafonné à 41,84 % quand son adversaire affiche un prometteur 45,24 %.
Et seules 63 voix les séparent. 
 

Illustration/ Michel Frassati, tête de liste de Riacquistu Isulanu, au moment de glisser son bulletin dans l'urne, le 15 mars dernier. L'Ile-Rousse est l'une des 22 communes de Corse concernées par le second tour.
Illustration/ Michel Frassati, tête de liste de Riacquistu Isulanu, au moment de glisser son bulletin dans l'urne, le 15 mars dernier. L'Ile-Rousse est l'une des 22 communes de Corse concernées par le second tour. © Maia Graziani

 

Un deuxième tour qui s'annonce serré

Jean-Jo Allegrini-Simonetti, comme à son habitude, affiche une certaine assurance.
Il se défend d'une quelconque proximité avec Michel Frassati, que d'aucuns voulaient voir comme un contre-feu allumé par le maire pour affaiblir la candidate de Core di L'isula.
"Du pipeau", commente-t-il à notre micro. 

Ce qui ne l'empêche pas d'être persuadé que "l'électorat de Michel Frassati aurait voté pour nous en grande partie s'il ne s'était pas présenté. C'est un électorat qui, en partie, nous est favorable"
 


Antoine Guerrini, qui apparaît en deuxième position sur la liste d'Angèle Bastiani, balaie ces certitudes d'un revers de main. 
"L'abstention, personne ne peut dire à qui elle profitera, et à qui elle est préjudiciable. On verra bien au second tour. Mais Michel Frassati prônait le changement, et désormais nous sommes seuls à l'incarner. Alors pas de raison que leurs suffrages se reportent sur le maire sortant". 

Jean-Jo Allegrini Simonetti veut également voir dans l'abstention du premier tour une raison d'être confiant. "Ici, on vote à plus de 90 % en général. Cette fois-ci, on a voté à 68 %. Beaucoup d'électrices et d'électeurs ne sont pas venus. Il y a eu le Covid, l'annonce du Premier ministre le samedi soir pour les bars et les restaurants, et beaucoup de personnes âgées, une grande partie de mon électorat, ne se sont pas déplacées". 
 


L'Ile-Rousse, le paradis des touristes ?

La campagne tourne autour de quelques thèmes centraux : 

Antoine Guerrini enfonce le clou :
"Il y a un vrai déclin de la ville, qui perd des habitants, sans parler du port de commerce qui est en chute libre, du chômage qui augmente... Ce sont des données qui inquiètent les habitants, bien décidés à interrompre cette spirale négative." 

Le maire sortant, de son côté, à l'habitude de faire face à des attaques sur une supposée politique du Tout-Tourisme :
"C'est stupide, et sans fondement. Ce n'est pas le maire qui fait qu'il y a autant de résidences secondaires que principales sur la commune...Ca a toujours été comme ça depuis un demi-siècle. C'est une ville touristique, ça me semble normal, non ?"
 

 

 

 

 

 

 

   

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections