Mafia en Corse : « Il faut que les citoyens disent qu’ils ne veulent pas de cette société »

Les membres du collectif « Maffia no, a vita ie » et la Ligue des Droits de l'Homme en Corse se sont réunis, samedi, à Venaco. L’occasion de dénoncer une nouvelle fois, pour le collectif, la mafioisation de la société corse et, pour la LDH, les violences criminelles dans l'île.

Le collectif "Maffia no, a vita ie" s'est rassemblé samedi à Venaco pour dénoncer la mafioisation de la société corse.
Le collectif "Maffia no, a vita ie" s'est rassemblé samedi à Venaco pour dénoncer la mafioisation de la société corse. © Maffia no, a vita ié / Facebook
Nouvelle mobilisation du collectif « Maffia no, a vita ie » et de la Ligue des Droits de l'Homme en Corse. Samedi, des membres de ces deux organisations se sont réunis pour une session de travail commune à la mairie de Venaco, en Haute-Corse.

Tous ont mis en avant une dégradation de la situation et alertent sur « l’ampleur des activités criminelles et les carences de l’État ». 

« Si nous prenons la liste des meurtres et assassinats commis ces trente dernières années, combien ont été résolus ? C’est une non-réponse à la victime, aux familles des victimes qui ont le droit de savoir, mais également à la société. Et la société s’enlise dans ce silence », soutient Dominique Bianconi, membre du collectif.
 
Mafia en Corse : entretien avec Dominique Bianconi, membre du collectif "Maffia no, a vita ie"
 

La responsabilité des citoyens

Pour « Maffia no, a vita ie », la situation actuelle est également à imputer à la « responsabilité des citoyens ». Le collectif espère un réveil de la société insulaire. Pour sa part, la LDH insiste : "Il n'y a pas de fatalité".

« Il faut que les citoyens corses s’emparent de ce questionnement là et montent au créneau pour dire : ‘Nous ne voulons pas de cette société-là. Nous voulons une société démocratique, de justice, qui appartienne aux citoyens et non à la loi du plus fort’ », souligne André Paccou, responsable local de la Ligue des droits de l’Homme. 

 

Nous voulons une société démocratique, de justice, qui appartienne aux citoyens et non à la loi du plus fort.

André Paccou, responsable local de la ligue des droits de l'Homme



Fondé à Ajaccio le 25 septembre 2019, le collectif anti-mafia Maffia Nò a Vita Iè souhaite « éveiller les consciences » à l'égard de « la mafioisation de la société ». Au fondement du collectif, Léo Battesti, président de la ligue corse d'échecs et ancien militant du FLNC, et Vincent Carlotti, ancien maire d'Aléria.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
banditisme faits divers criminalité centre corse nature parcs et régions naturelles politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter