Bannière résultats municipales

Municipales à Bastia : la liste "Unione per Bastia" présente son programme

Ce dimanche après-midi, la liste “Unione per Bastia” présentait son programme pour le second tour de l’élection municipale.

La liste "Unione per Bastia" présentait aujourd'hui son programme pour le second tour des élections municipales, place Saint-Nicolas à Bastia.
La liste "Unione per Bastia" présentait aujourd'hui son programme pour le second tour des élections municipales, place Saint-Nicolas à Bastia. © Frédéric Danesi

C’est devenu une habitude. Côte à côte, Jean-Sébastien de Casalta et ses colistiers Jean-Martin Mondoloni et Jean Zuccarelli réunis pour présenter leur programme commun pour le second tour des élections municipales. 

Une candidature commune pour tenter de contrer le maire sortant, Pierre Savelli, élu nationaliste à la mairie de Bastia. Au cours de cette présentation, les trois colistiers ont tour à tour fustiger la politique de la mairie actuelle. Jean-Sébastien de Casalta attaque d’emblée : “ notre conférence de presse aujourd’hui se veut positive pour présenter un projet face à une mandature qui s’avère désastreuse.”

L’objectif de cette liste d’union ? “Retrouver une autre ambition pour Bastia.” La course pour le second tour est bien lancée. Une triangulaire bastiaise, où le maire sortant est donc opposé à cette liste commune et à celle de Julien Morganti, “Un futur pour Bastia”. 

Dans le détail, le programme de “Unione per Bastia” est porté autour de trois axes principaux : la santé, l’éducation et la solidarité. Jean Zuccarelli, héritier de la gauche radicale, intervient : “ Bastia a toujours eu vocation à être une ville solidaire.” Parmi les projets évoqués, l’instauration d’un “revenu minimum solidaire garanti”, étendre la gratuité dans les transports ou encore relancer la construction de logements sociaux. Les trois co-listiers l'assurent : ils ont les moyens financiers de mener à bien leur projet, sans apporter plus de détail. 

Un pacte de gouvernance qui va de la gauche radicale à la droite régionaliste, entre trois adversaire d’hier, devenus co-listiers. Pour Jean-Martin Mondoloni, cette union est un succès : “le sens du second tour est de rassembler. Nous avons réussi cette fusion car nous sommes respectueux des identités politiques que nous avons voulu faire prévaloir.” Le succès pourrait être de plus grande ampleur en cas de victoire au second tour. Réponse, dans les urnes, le 28 juin prochain. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter