Patrimoine : à San Gavinu d’Ampugnani, une église sauvée de la ruine

En plein cœur de la Castagniccia, dans la piève d’Ampugnani, une belle histoire est en train de s’écrire. Après plusieurs années de combat la commune va réussir à sauver la chapelle San Gavinu, qui trône au cœur du village depuis 1482.

Les rénovations de l'église sont en cours.
Les rénovations de l'église sont en cours. © Stéphane Lapera / FTV

Depuis le début de son premier mandat, il y a 48 ans, Félix Tombini maire de San Gavinu d’Ampugnani, a toujours espéré pouvoir sauver cet édifice. "J’avais fait la promesse à l’époque que nous sauverions cette chapelle. Au niveau moral, aujourd’hui c’est un soulagement."

Il aura fallu du temps avant d’enclencher ces travaux. Et pour cause, la commune a dû trouver 440.000 euros, hors taxes, pour réaliser le chantier. Une somme énorme pour une si petite municipalité. "Nous avons sollicité les différents acteurs, et la collectivité a répondu présente en nous aidant de manière exceptionnelle. Tout cela a été possible seulement grâce à eux. Lors des précédentes mandatures les dossiers n’aboutissaient jamais; Cette fois, nous avons été entendus."

La collectivité a ainsi subventionné plus de 80% des travaux, notamment les fondations, les façades, le toit, et les menuiseries. D’autres travaux d’urgence ont également été abondés par le service patrimoine de la CdC pour maintenir la chapelle debout.

Loto du patrimoine

Pour financer la totalité du projet, la commune a fait appel à un autre organisme : la fondation du patrimoine, qui les à épaulés à travers plusieurs dispositifs.

Parmi eux le plus important est celui issu du loto du patrimoine.L’édifice a été retenu en 2020 pour bénéficier de cette aide, pour son intérêt historique notamment. Mais pas seulement : pour Thierry Rovere, chargé de mission auprès de la fondation du patrimoine, "c’est l’ADN de notre fondation, aller au plus profond des territoires et aider des communes pour sauver des édifices qui étaient voués à a ruine. San Gavinu est l’exemple même qu’en alliant les différents acteurs et dispositifs on peut sauvegarder du petit patrimoine important au niveau local".

56 000 euros ont ainsi été apportés au projet au travers de la fondation du patrimoine : 46.000 euros par le biais de la fondation Bern et de son loto, et 10.000 euros directement de la fondation du patrimoine.

© Stéphane Lapera / FTV

Une technique unique

Le terrain sur lequel est implanté la chapelle s’affaisse depuis des années. Par conséquent, avec le temps, les murs se lézardent, le toit prend l’eau. Pour empêcher l'effondrement, un procédé unique est utilisé.

Une entreprise spécialisée est venue du continent pour injecter une mousse spécifiquement conçue pour s’étendre dans les cavités sous les fondations de la chapelle. "Nous injectons la mousse de 1 mètre jusqu’à 4 mètres sous les fondations, cela stabilise le terrain", explique Rémy Mesa, chef de chantier sur l’opération de consolidation.

La résine injectée sous les fondations de la chapelle.
La résine injectée sous les fondations de la chapelle. © Stéphane Lapera / FTV

San Gavinu, un saint martyr

San Gavinu, dont la chapelle tire le nom, est un saint assez répandu en Corse. Une vingtaine d’édifices religieux lui sont consacrés à travers l’île, comme San Gavinu di Carbini ou San Gavinu di Tenda.

D’après les historiens, Gavinu était un militaire. Gardien de la prison de Porto Torres, il est converti au christianisme par deux de ses prisonniers, San Proto et San Giunario. Le saint martyr a laissé son empreinte dans la ville. L’église principale lui est d'ailleurs dédiée.

En Sardaigne, San Gavinu est le deuxième saint le plus célébré. En Corse, la plupart des lieux de culte qui lui sont dévoués ont étés construits en le Ve et le Xe siècle.

A San Gavinu d’Ampugnani, l’église est datée de 1482, mais d’après plusieurs sources l’église actuelle aurait remplacé un lieu de culte plus ancien.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture